Le "goût amer" d'une convention largement approuvée par les kinés

Le

84% des kinésithérapeutes ont accepté d’adhérer à la convention M17 établie par le Comité de l’assurance de l’INAMI. Pour l’Union des kinésithérapeutes de Belgique et Axxon, l’unique association professionnelle belge des kinés, il s’agit d’une "adhésion forcée" à une convention qui a un "goût amer".

"Il y a de nouveau une sécurité tarifaire pour les patients lors des consultations des kinésithérapeutes. 84,1 % des kinésithérapeutes ont accepté la convention individuelle établie par notre Comité de l’assurance", se réjouit l’INAMI au sein d’un communiqué. Un enthousiasme loin d’être partagé par les associations représentatives des kinésithérapeutes, bien décidées à ne pas reproduire les mêmes erreurs à l’avenir.

Adhésion forcée

L’UKB s’indigne, dans un communiqué, contre cette adhésion massive qui aurait été forcée : "Les kinésithérapeutes ont été piégés. Il faut absolument sortir du "on prend les mêmes et on recommence". Ce système de négociation ne fonctionne pas et oblige les kinésithérapeutes à se soumettre aux décisions dictatoriales de nos dirigeants. Il faut donc mettre en place d’urgence un Ordre qui permettra à la profession de se structurer et parler d’une seule voix. Il n’y a plus d’autre solution pour sortir la kinésithérapie d’un processus de destruction mis en place savamment par nos responsables."

Actions en cours

Du côté d’Axxon, des actions en justice sont en cours pour "bannir cette discrimination de la loi INAMI". L’association explique, dans un communiqué, en quoi la convention est discriminante : "À partir du 1er mai 2017, les patients d’un kinésithérapeute déconventionné recevront un remboursement 25% inférieur, sauf pour les patients bénéficiant de l’intervention majorée. Afin de supprimer cette discrimination de remboursement, Axxon a déposé une requête auprès du tribunal du travail de Bruxelles." Outre cette action, les juristes d’Axxon vont vérifier auprès de l’INAMI l’exactitude du quorum des kinésithérapeutes déconventionnés s’élevant à 16%.

Où va la kinésithérapie ?

Comme à son habitude, Axxon ne baisse pas les bras. L’association a décidé de se concerter avec l’ensemble des professionnels pour ne pas refaire les mêmes erreurs à l’avenir. Elle va donc organiser des réunions au cours desquelles 3 points principaux seront abordés :

- Evaluation des actions relatives à la Convention M17.

- Mise en place des préparatifs pour les négociations d’une Convention M18.

- Mise en place de certaines études importantes et financement via le crowdfunding

"Axxon veut s’investir dans la concertation, c’est pourquoi nous voulons développer des plateformes de dialogue dans les mois à venir. Nous souhaitons également convertir le sentiment d’impuissance en actions proactives, dans le but d’améliorer le modèle de revenus du kinésithérapeute.

Axxon souhaite consulter tous les kinésithérapeutes du pays, membres comme non-membres. Nous allons organiser différentes rencontres provinciales durant lesquelles, de manière constructive, nous discuterons de la plus-value de la kinésithérapie dans les soins de santé."

La rédaction

[À lire]

- Les kinésithérapeutes dénoncent la méthode "De Block"
- L’Union des Kinésithérapeutes de Belgique lance une pétition
- Les kinés francophones sont représentés à l’Inami !
- L’UKB appelle à la déconvention
- Kinésithérapie : le projet de convention rejeté
- Toujours pas de convention pour les kinés
- Enfin une convention pour les kinés !
- Directives pour une non adhésion à la convention des kinés
- L’action de déconvention des kinés coupée dans son élan
- L’action de déconvention des kinés se mue en référendum
- Axxon continue sa lutte pour une revalorisation de la kinésithérapie
- Le front commun de défense des kinésithérapeutes s’étiole
-  Ultime appel d’Axxon aux kinés pour faire pression sur l’INAMI
- Axxon ira en justice pour défendre les kinés



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.