Le non-marchand en a marre !

Le non-marchand en a marre !

Le secteur du non-marchand a manifesté ce mardi à Namur.

Restrictions budgétaires, manque de personnel, conditions de travail déplorables… Le non-marchand n’en peut plus. Ce mardi, 200 militants de la CNE ont manifesté à Namur. En cause : une renégociation de l’accord pluriannuel. Le dernier accord date de 2010 et est jugé pauvre en acquis (augmentation de la prime de fin d’année de 90 euros pour un temps plein et quelques heures de formation).

Un manque de fonds

Plusieurs secteurs étaient représentés, dont celui de l’aide familiale, des maisons de repos, des centres de formation et d’insertion socioprofessionnelle ou des services ambulatoires dédiés à la toxicomanie, à la santé mentale, etc. D’après la CNE, « Le dernier accord date de 2010 ... Entre-temps, le tax shift et le saut d’index ont libéré une masse budgétaire de plus de 200 millions d’euros pour les secteurs non marchands wallons. Cette somme permettrait aisément de négocier un nouvel accord. »

Des conditions de travail pénibles

Les militants réclament un meilleur environnement de travail, avec un meilleur encadrement. Pour Patricia Piette, secrétaire nationale de la CNE non-marchand, « Les secteurs du non marchand sont les remparts contre une précarisation grandissante. Le problème est que les publics qui se rendent dans nos services sont de plus en plus précarisés mais que les conditions des travailleurs se détériorent aussi. Ils sont de plus en plus démunis car ils ne sont pas suffisamment nombreux, ils font des heures supplémentaires, ils remplacent des collègues malades, ils ne peuvent pas donner la qualité qu’ils souhaiteraient à leur travail... On est face à des travailleurs qui deviennent de plus en plus fragiles pour s’occuper des plus fragiles. »

D’autres actions

Jusqu’à présent, le gouvernement wallon ne semble pas avoir réagi positivement aux demandes de la CNE concernant la réduction collective du temps de travail, de l’augmentation de l’emploi et de l’amélioration des conditions de travail. La CNE prévoit donc de nouvelles actions d’ici le mois de septembre.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.