Le nouveau centre psychiatrique d'Anvers bientôt opérationnel

Le nouveau centre psychiatrique d'Anvers bientôt opérationnel

Le Conseil des ministres vient d’attribuer à la NV FPC Gent le marché public pour l’exploitation du nouveau Centre de psychiatrie d’Anvers. Le CPL devrait accueillir ses premiers internés durant l’été 2017.

Le ministre de la Justice Koen Geens et Maggie De Block, la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique vont maintenant élaborer en détail la convention avec la NV FPC Gent pour l’exploitation, afin de conclure ensuite le contrat. « Dès que le centre sera opérationnel, encore davantage de patients internés pourront compter sur des soins adaptés dans des conditions compatibles avec la dignité humaine en dehors du milieu carcéral », explique Maggie De Block au sein d’un communiqué.

Meilleur score pour NV FPC Gent

Au total, trois candidats étaient entrés en ligne de compte pour l’exploitation : la NV FPC Gent, le Groupe Si-Cura (OPZC Rekem, Zorgbedrijf Antwerpen, SDB nv/Seris Security nv) et Alliantie Provincialaat Broeders van Liefde vzw en Stichting De Forensische Zorgspecialisten. Au terme d’une évaluation approfondie des différentes propositions, lors de laquelle les candidats ont été invités à également fournir aussi les éclaircissements nécessaires, le jury a attribué le meilleur score global à la NV FPC Gent. Cette société exploite également le CPL de Gand.

Des femmes au CPL d’Anvers

Le CPL d’Anvers pourra accueillir un total de 182 patients internés. Des femmes internées pourront également y séjourner, ce qui n’est pas le cas à Gand. La ministre de Block détaille : « Avec le CPL d’Anvers, nous poursuivons le développement de nos soins de santé mentale. Ce centre permettra d’apporter aux 182 internés les soins et l’accompagnement compatibles avec la dignité humaine à laquelle ils ont droit. Et il s’agit de la meilleure manière de faire éventuellement transiter ces personnes dans un stade ultérieur vers des institutions à niveau de sécurité moindre ou des formes de soins du circuit régulier. » Koen Geens ajoute : « Parallèlement à de plus petites initiatives qui ont déjà ouvert leurs portes, celle du CPL d’Anvers constitue une nouvelle étape importante dans la réalisation de notre objectif d’offrir des soins adaptés aux internés. Nous remédions étape par étape au manque d’accueil adapté pour les internés qui séjournent actuellement en prison. »

Triple financement

A l’instar du CPL de Gand, l’Inami prendra en charge les coûts des soins médicaux, soit un peu plus de la moitié du coût annuel. La Justice financera tout le personnel non soignant (management, administration, sécurité et surveillance, etc.) et ce qu’on appelle « la fonction hôtelière ». Et la Régie des Bâtiments, qui relève du ministre de la Sécurité et de l’Intérieur, Jan Jambon, financera le bâtiment du centre.

Places supplémentaires pour les internés

Koen Geens et Maggie De Block travaillent ensemble à des soins et un suivi sur mesure et compatibles avec la dignité humaine pour tous les internés dans notre pays. Depuis le début de cette législature, quelque 360 places supplémentaires ont déjà été créées en dehors des prisons pour des internés, dont 264 au CPL de Gand. Bientôt s’y ajouteront les 182 places du CPL d’Anvers, et il a été décidé dans le « Masterplan Prisons et Internement » d’en créer encore 860 qui seront réparties sur l’ensemble de la Belgique en fonction des besoins.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.