Le PIIS mis en scène

Le PIIS mis en scène

Désamorcer les désaccords sur le PIIS en les mettant en scène. C’est l’idée originale qu’ont eu les organisateurs de l’atelier "Le PIIS en pratique" présenté jeudi dernier aux 40 ans des CPAS.

Lors de la journée célébrant les 40 ans des CPAS, jeudi dernier, la troupe de théâtre Klein Barnum a tenté d’aborder la généralisation du Projet individualisé d’intégration sociale (PIIS) de façon ludique. Afin de désamorcer les désaccords autour de ce thème épineux, les organisateurs de l’atelier "Le PIIS en pratique" ont eu cette idée originale de le mettre en scène. L’assistance a ensuite pu s’exprimer et donner son avis, à l’aide de cartons rouges ou bleus, sur des questions sensibles relatives à la thématique.

L’individualisation de l’aide en péril ?

- "Vous voilà nouveau bénéficiaire du revenu d’intégration social, félicitations ! Vous devez maintenant signer ce formulaire ici en bas ; c’est une formalité administrative sans importance."

- "Il est quand même noté que je m’engage à faire des formations ou du bénévolat et que je dois trouver un travail dans les 2 ans. C’est quand même important il me semble !"

Voici le genre de dialogues fictifs auxquels les spectateurs ont pu assister lors de l’atelier. Deux comédiens de la compagnie théâtrale flamande Klein Barnum ont mis en scène des situations qui pourraient se produire dans les CPAS depuis que le PIIS a été généralisé. Le dialogue présenté ci-dessus tourne en dérision l’une des dérives possibles. En effet, les travailleurs sociaux des CPAS sont désormais censés accorder plus de temps aux nouveaux bénéficiaires puisqu’un contrat PIIS doit être complété et signé par les deux parties. Il ne s’agit donc pas de les faire signer aveuglément, mais d’accompagner davantage les bénéficiaires dans leur projet d’insertion. Pour l’une des nombreuses travailleuses sociales présente dans le public, cela pose problème : "Je ne vois pas comment on pourrait donner du temps à chacun comme il faudrait. Ou alors ça deviendra une simple formalité administrative et le travail social sera bâclé."

Sanctions

Deuxième problématique abordée : les sanctions. "Que faire si l’usager du CPAS ne respecte pas ou pas suffisamment les accords ?" se sont demandés les 2 comédiens. Si des sanctions peuvent effectivement être imposées aux bénéficiaires, le chemin pour y arriver n’est pas aussi rapide qu’il en a l’air. Lors de l’atelier, une des organisatrices a rappelé : "Les étapes pour arriver à une sanction sont au nombre de 3. Il faut d’abord que le bénéficiaire n’ait pas de motif légitime pour justifier le non respect de l’accord. Ensuite, l’assistant social décide d’appliquer ou non la sanction. Si elle est décidée, il y a une mise en demeure et finalement, si aucune réaction n’est observée, la sanction peut aboutir." L’assistance s’est montrée très mitigée ; elle a brandi autant de cartons bleus que de cartons rouges.

Service communautaire

"Last but not least" : le service communautaire. Un débat houleux a eu lieu dans le public. Et ce, malgré un sketch particulièrement drôle où le bénévolat imposé consistait à venir nettoyer les locaux du CPAS. Comme sur le terrain, le sujet divise. Si certains n’y voient pas d’inconvénient, puisque le volontariat est entièrement décidé par le bénéficiaire, d’autres ne comprennent pas qu’il puisse être sanctionné s’il n’est pas respecté. Sans parler de ceux qui parlent de "travail forcé" ou de "travail communautaire".



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.