Le premier Plan bruxellois de Promotion de santé en route pour 2018

Le premier Plan bruxellois de Promotion de santé en route pour 2018

Le tout premier Plan bruxellois de Promotion de la santé devrait bientôt voir le jour. Il s’attaque à différentes priorités en matière de promotion de la santé pour une durée de 5 ans à partir de 2018.

Le premier Plan bruxellois de Promotion de la santé a été présenté par Cécile Jodogne. Élaboré sur la base d’une étude des besoins des citoyens bruxellois, le Plan s’attaque à bon nombre d’objectifs. La promotion de l’alimentation équilibrée et de l’activité physique, la promotion de la santé mentale, le dépistage des cancers, la prévention des infections sexuellement transmissibles, ainsi que la prévention et la réduction des risques liés à l’usage de drogues licites et illicites. Ces matières constituent le corpus de domaines que la ministre souhaite couvrir grâce à ce Plan bruxellois de la santé. Mis en place dès 2018 pour une durée de 5 ans, il palliera le manque de moyens vis à vis des nombreux défis de santé à Bruxelles.

Un cahier des charges précis

Les acteurs de terrain disposeront désormais d’un programme clair qui leur permettra d’élaborer des projets répondant aux priorités de la Région. Les appels à candidatures et appels à projets basés sur les priorités du Plan sont lancés dès ce mois de juin. Ils permettront de financer dès le 1er janvier 2018 les opérateurs qui seront chargés de sa mise en œuvre. “Je souhaite que chaque euro investi le soit pour répondre à des besoins identifiés. Les interventions que nous soutiendrons doivent tenir compte des inégalités en mettant l’accent là où les besoins sont les plus criants, tout en étant disponibles pour tous les Bruxellois ”, précise la ministre bruxelloise de la Santé.

Des objectifs clairs

La rareté des moyens et l’ampleur des défis à relever à Bruxelles nous obligent à mener une politique claire, rigoureuse et rationnelle. Le Plan définit un cadre général d’intervention et des objectifs prioritaires. Sur la base de ce cadre, des appels à projets sont lancés et permettront aux opérateurs de valoriser leur expertise tout en travaillant dans la cohérence. Le dispositif vise également à diffuser une culture de l’évaluation et à valoriser les « bonnes pratiques » ” explique Cécile Jodogne. Une place importante a été accordée à la concertation pendant l’élaboration de ce Plan. Afin d’encourager encore plus cet esprit de collaboration et dans un souci d’efficience, le Plan favorise le travail en synergie et la mise en commun des forces et moyens.

Un public ciblé

Le Plan s’adresse à la population dans son ensemble, tout en prévoyant d’intervenir auprès de publics prioritaires : les jeunes, les habitants de quartiers défavorisés, les détenus, etc. Par ailleurs, la question des inégalités de genre occupe une place centrale dans le plan, qui invite les acteurs à mettre en place des projets spécifiques à destination des femmes et de leur santé.

Si la ministre ne peut évidemment pas prévoir la situation politique des prochaines semaines, elle se battra pour que les mesures proposées dans ce Plan voient le jour.

[A lire]

- Wallonie : le plan prévention santé horizon 2030 se concrétise
- Bruxelles a sa propre fédération de promotion de la santé
- 28 nouvelles mesures pour la santé et 42 millions d’euros



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.