Le Réseau Info Jeunes offre des informations dans une multitude de domaines

Le Réseau Info Jeunes offre des informations dans une multitude de domaines

C’est vendredi ! Dans cette deuxième partie consacrée au Réseau Infor Jeunes, nous en avons appris un peu plus sur les domaines et les thématiques proposés.

[Lire la première partie de l’article ici]

Les domaines

Les domaines et les thématiques abordés par le Réseau Infor Jeunes sont choisis en fonction de l’actualité et des demandes et questions qui parviennent aux centres. Actuellement, quatre domaines « phare » récoltent plus d’attention :

1) La protection sociale : « Les jeunes sont intéressés de connaitre leurs droits, de savoir comment le système fonctionne, en ce qui concerne les allocations d’insertion professionnelle par exemple. »

2) L’emploi : beaucoup de demandes parviennent aux centres en ce qui concerne l’emploi, d’un point de vue pratique. « Les jeunes veulent savoir comment ils doivent postuler ou passer un entretien, comment faire un CV, etc. »

3) Le logement, notamment sur le contrat de bail, la garantie locative, etc.

4) Le job étudiant. Le Réseau Infor Jeunes a été labellisé « job étudiant ». Dès lors, des ateliers spécifiques sont organisés en partenariats avec les pouvoirs publics comme Le Forem, les missions régionales de l’emploi ou encore des experts. « Nous aidons le jeune à comprendre la législation en vigueur, qui, sur ces matières, change souvent. »

Des thématiques variées

En 2015, le Réseau Infor Jeunes a fait face à 40.000 demandes, auxquelles les centres ont répondu. En vue d’effectuer leurs missions au mieux, la Fédération Infor Jeunes développe toute une série de services qui aident les centres à répondre correctement. Il y a différents types de services :

1) Les dossiers juridiques Infor Jeunes sur l’ensemble des thématiques. « On prémache le travail des informateurs jeunesse qui sont sur le terrain et nous avons 4 juristes en interne qui font une veille juridique quotidienne, qui étudient les textes, qui les vulgarisent pour pouvoir donner l’information juste aux jeunes. D’ailleurs, ces dossiers juridiques sont mis à disposition d’autres acteurs en lien avec la jeunesse tels que des CPAS, des AMO, des communes, des centres de planning, etc. »

2) Les centres sont en 1ère ligne, mais il n’en existe pas dans toutes les villes. Dès lors, le Réseau a mis sur pieds une permanence juridique « En appui des centres si la question du jeune est trop pointue. Un jeune à Charleroi (qui ne dispose pas d’un centre), peut téléphoner au service juridique de la Fédération pour obtenir une réponse à sa question. »

3) L’appui pédagogique. Le Réseau aide les centres à vulgariser des publications pour les jeunes. « Actuellement nous travaillons sur la période après les études. Nous élaborons des brochures, comme « What’s next : Démarches après les études », « Partir à l’étranger en 40 questions », « Action Job Etudiant ». Nous aidons aussi les centres à créer des animations dans les écoles sur des sujets de sensibilisation. En plus, chaque centre a des contacts plus locaux avec les écoles et il aborde des sujets sensibles pour l’établissement. Dernièrement, un sujet souvent abordé est le cyber-harcèlement. »

4) Une foire aux questions (FAQ) qui reprend l’ensemble des questions posées les plus fréquemment par les jeunes.

5) Des dossiers thématiques. Sur la base de l’actualité, le Réseau Infor Jeunes vulgarise juridiquement des sujets importants. « La réforme des allocations d’insertion professionnelle proposée par le gouvernement Di Rupo, suscite beaucoup de questionnements. Nous en avons fait une brochure à disposition des jeunes. »

6) Le billet Infor Jeunes. «  Tous les vendredis, nous fournissons une information en une page, sur un sujet qui vient des besoins des jeunes. Nous les relayons sur les réseaux sociaux et dans les centres. »

7) La formation de ses travailleurs. «  Puisque nous travaillons avec des outils d’information et de communication toujours en évolution, nos travailleurs doivent répondre aux réalités de la société, se former aux technologies notamment. Il n’y a pas d’exigence de profil spécifique, si ce n’est de suivre la formation pour avoir le minimum de bases pour exercer le métier d’informateur jeunesse. »

- La Fédération et les centres Infor jeunes : qui fait quoi ?



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.