Le secret professionnel des volontaires aux mains des organisations

Le secret professionnel des volontaires aux mains des organisations

Le statut des volontaires va être renforcé. C’est qu’ont annoncé mercredi les ministres De Block et Peeters. Une des mesures phare qui sera adoptée concerne le secret professionnel des volontaires.

Le secret professionnel est un sujet qui fait grand bruit ces derniers temps. Surtout menacé au sein des CPAS, il semble également être en danger dans de multiples professions. Pour les volontaires, la notion est plus floue : y sont-ils soumis ou pas ? Ce sera désormais aux organisations qui font appel à eux d’en décider.

Notion clarifiée

Les secteurs d’activités des volontaires qui travaillent au sein d’organisations sont extrêmement variés. Ils peuvent, par exemple, s’engager dans des associations qui proposent des activités socio-culturelles, relatives à la jeunesse et au sport ou dans le secteur des soins. Dans chacun de ces domaines, le volontaire peut être confronté au secret professionnel. Mais la notion reste floue et mal encadrée. D’où la volonté du gouvernement de clarifier la situation. Désormais, c’est l’organisation qui fait appel aux volontaires qui devra clairement leur préciser si le secret professionnel s’applique ou non.

Un statut renforcé

J-1 avant le début de la semaine des volontaires. À cette occasion, Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique et Kris Peeters, Vice-Premier ministre et ministre de l’Emploi, ont présenté mercredi, dans un communiqué, les points clés du projet de loi réformant le statut des volontaires. Pour la ministre, "Nos volontaires sont un "maillon" fondamental dans la chaîne qu’est notre société et constituent le lien entre les gens. Ils méritent donc d’avoir un statut clair."

Mesures phares

Outre les changements autour du secret professionnel, le nouveau statut prévoira notamment un remboursement des frais au lieu d’une indemnité, un défraiement vélo ou encore que les personnes qui effectuent des tâches bénévoles dans le cadre d’un mandat non rémunéré seront désormais considérées comme des volontaires par toutes les institutions publiques.

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.