Le secteur hospitalier adopte l'hypnose médicale

Le secteur hospitalier adopte l'hypnose médicale

Les praticiens belges sont de plus en plus nombreux à se former à l’hypnose médicale, qui permet aux patients de réduire les douleurs et mieux récupérer des opérations.

Depuis quelques années, les hôpitaux belges proposent à leurs corps médicaux et paramédicaux des formations en hypnose médicale. L’objectif est de répondre à une demande toujours plus grande de la part des patients pour une méthode d’anesthésie et de traitement de la douleur alternative. Médecines traditionnelle et alternative semblent, d’ailleurs, très bien se concilier : l’hypnose médicale permettrait aux patients de mieux supporter les opérations et les traitements lourds, tout en instaurant une relation de confiance avec les professionnels de santé en milieu hospitalier.

Mieux récupérer des opérations et soins de santé

Dans les hôpitaux belges, la discipline connait un essor important au sein des blocs opératoires. En effet, l’hypnose s’est révélé être une alternative efficace à l’anesthésie opératoire traditionnelle. S’il peut paraître extrême de refuser une anesthésie générale pour subir une opération chirurgicale, un patient sous hypnose ne ressentira tout bonnement ni douleur ni anxiété pendant une ablation de la tyroïde.

Sans les anesthésiants, on évite le réveil désagréable après l’opération : nausées, odeurs des produits, migraines. Le patient peut donc se remettre sur pied plus rapidement, puisqu’il n’y a pas de phase de réveil. Au CHU de Liège, les médecins ont également constaté que les patients opérés sous hypnose auraient tendance à mieux cicatriser. En outre, le conditionnement hypnotique facilite grandement l’octroi de soins plus simples mais parfois douloureux comme la pose de cathéter, les soins palliatifs, l’accompagnement à l’accouchement, la radiothérapie et le traitement des cancers en général, etc. Si elle n’abolit pas totalement l’utilisation des analgésiques, l’hypnose permet souvent d’en réduire fortement les doses.

L’hypnose médicale en pratique

Dans les faits, la technique consiste à conditionner l’esprit du patient pour le focaliser sur une pensée agréable, l’hypnose déclenchant une sorte de dissociation de l’esprit et des sensations du corps. En bref, le conditionnement hypnotique permet de réduire l’activité des zones cérébrales stimulées lorsque l’on ressent de la douleur. Le patient doit être donc complètement détendu pour laisser son inconscient prendre le dessus, sur les directives de l’anesthésiste-hypnotiseur. Evidement, le patient hypnotisé est surveillé de très près : en cas de problème, ou si le patient manifeste un quelconque signe d’inconfort pendant l’opération, l’anesthésie générale peut prendre le relais. Si certaines personnes se révèlent plus ou moins réceptives à l’hypnose, il n’y a pas de contre-indication à se faire hypnotiser.

Formations en hypnose médicale

Aujourd’hui, l’hypnose comme compétence professionnelle n’est pas réglementée en Belgique. Outre les formations courtes en hypnose ouvertes au grand public, moyennant souvent des coûts exorbitants, il existe des formations dédiées aux professionnels de santé en Belgique. Les médecins, kinés, psychologues, etc., ainsi que les infirmiers et les aides-soignants belges peuvent suivre des formations en hypnose médicale au CHU Saint-Pierre de Bruxelles depuis 2013 ou dans les Cliniques Universitaires Saint-Luc depuis 2011. Ces formations exploitent des cas observés dans divers services cliniques (gynéco-obstétrique, gastro-entérologie, anesthésiologie, soins infirmiers...). Centré sur l’expérience professionnelle et la pratique en petits groupes, l’apprentissage est conçu pour être efficacement appliqué dans le cadre des soins en milieu hospitalier. Accessibles à tous les médecins et paramédicaux belges et étrangers, elles sont souvent proposées sur 5 samedis ou sur 3 week-ends et s’organisent selon les modules de spécialisations cliniques.

Des formations plus longues aux techniques de l’hypnose sont également possibles dans des établissements comme l’Institut Milton H. Erickson de Liège. De même exclusivement dédiée aux professionnels de la santé, la formation s’organise ici en 2 cycles de 7 week-ends répartis de septembre à juin. A l’issue de la formation, les participants reçoivent une attestation de "praticien en hypnose" reconnue à l’international.

Chaque année, les équipes d’anesthésistes formés à l’hypnose s’agrandissent dans les hôpitaux belges, et de plus en plus d’interventions se pratiquent avec l’hypnose médicale.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.