Les accueillantes d'enfants dans les rues !

Les accueillantes d'enfants dans les rues !

La crise politique a gelé la réforme sur le statut de salariées des accueillantes d’enfants. Afin de défendre ce qui a été gagné ces dernières années, une action sera menée le 5 juillet devant les locaux du cdH.

Depuis près d’un an et demi, les discussions entre les accueillantes d’enfants et le gouvernement de la Fédération Wallonie Bruxelles devenaient concluantes. Alda Greoli avait promis le statut complet de salarié aux accueillantes pour juillet 2017, puis pour octobre 2017. Aujourd’hui, avec la crise politique, l’avancée du dossier est fortement compromise. Les accueillantes d’enfants refusent de voir leur statut de salariées mis au placard après tant d’efforts. Une manifestation aura lieu demain , mercredi 5 juillet, devant les locaux du cdH à Bruxelles.

Ce mercredi 5 juillet, les accueillantes d’enfants mèneront une action à Bruxelles afin de réclamer un statut complet de salarié. Les accueillantes d’enfants espèrent obtenir le statut complet de salarié, chose promise depuis 2015 déjà mais à chaque fois, repoussée. En un an et demi, le dossier s’était accéléré mais la décision du CDH de débrancher le gouvernement PS – CDH en fédération Wallonie-Bruxelles risque de déboucher sur un enterrement de première classe pour ce dossier. Et pourtant, des milliers d’accueillantes d’enfants conventionnées accueillent journalièrement des milliers d’enfants, tout en disposant d’un statut social digne du 19ième siècle ! Nous exigeons du CDH et d’éventuels futurs partenaires gouvernementaux qu’ils reprennent le dossier là où il en était et qu’on concrétise, dès le 01/01/2018, le nouveau statut des accueillantes. C’est pour obtenir cette garantie que les accueillantes d’enfants conventionnées mènent une action ce mercredi 5 juillet à 12h30 devant les locaux du CDH, rue des 2 Eglises à Bruxelles.

La CNE

[A lire]

- La condition des accueillantes d’enfants s’améliore
- Les accueillantes d’enfants revendiquent un statut de salariées
- Charleroi prend en charge les bébés dits parqués
- L’aide à la jeunesse et l’enfance trop compliqués
- Bébés dits parqués, un budget et des places



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.