Les aidants-proches au chômage obtiennent gain de cause

Les aidants-proches au chômage obtiennent gain de cause

Après l’abandon de son projet de loi sanctionnant les aidants-proches au chômage, Kris Peeters (CD&V) s’est rallié à leur cause. Le ministre fédéral de l’Emploi présente un arrêté royal garantissant aux aidants-proches l’exemption de rechercher un emploi, ainsi que le bénéfice d’une allocation.

Fin février, Kris Peeters déclarait son intention de faire marche arrière quant au projet de suppression de l’exemption de chômage pour les aidants-proches. Une victoire pour les familles et pour des ASBL comme La Ligue des Familles, qui réclamaient de surcroît un soutien gouvernemental effectif auprès des chômeurs aidants-proches. Le projet d’AR présenté la semaine dernière dans un communiqué de presse vise à faire évoluer les choses en ce sens.

Les aidants-proches seront toujours dispensés de la recherche d’un emploi

Selon le projet d’AR de Kris Peeters, les aidants-proches au chômage bénéficieront bientôt de droits identiques aux personnes actives ayant recours aux crédits-temps motivés pour soigner un proche. C’est à dire qu’ils seront non-seulement dispensés de la recherche d’un emploi, et qu’il bénéficieront en plus d’un montant mensuel de 266 euros, pouvant ensuite passer à 216 euros. Le ministre fédéral de l’Emploi rétablit ainsi une politique égalitaire au bénéfice des familles en difficultés, après la crainte de voir leur sécurité sociale fragilisée.

Des protections supplémentaires pour les aidants-proches

Pour les ASBL engagées auprès des familles, il est urgent que le fédéral fasse davantage d’efforts pour soutenir les aidants-proches. Selon la Ligue des Familles, Près de 90% des parents aidant-proches au chômage sont des femmes, devant faire face seules à la prise en charge d’une personne dépendante. Déplorant la discrimination dont souffrent les aidants-proches, injustement accusés de "profiter" du système alors qu’ils assument un charge épuisante à la fois physiquement, moralement et économiquement, les acteurs sociaux réclament des mesures de soutien supplémentaires. Ouvert au dialogue, Kris Peeters a annoncé qu’il examinait des possibilités de protection des aidants-proches en ce sens. En discussions, une assurance accidents ou la possibilité de se constituer des droits de pension selon des modalités spécifiques au statut d’aidant-proche.

S’il reste du chemin à parcourir, c’est un nouveau pas vers la reconnaissance effective du statut des aidants-proches.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.