Les bénévoles en soins palliatifs : un plus pour les professionnels

Les bénévoles en soins palliatifs: un plus pour les professionnels

Les bénévoles en soins palliatifs sont d’ une grande aide pour les professionnels du secteur de la santé. Parmi eux, des profils similaires, mais diversifiés qui doivent faire preuve d’un grand sens de l’écoute et de la retenue.

Le nombre de bénévole dans le secteur des soins ne cesse de croître. Cela semble être une bonne chose, puisque à l’heure actuelle, le bénévolat est devenu indispensable à l’organisation du secteur. Le secteur des soins palliatifs, comme celui des personnes âgées, n’échappe pas à la règle. Karen De Meerleer, psychologue et responsable des volontaires auprès de l’asbl Panal, aborde la question du bénévolat en soins palliatifs.

Une aide à l’aidant proche

Le bénévole en soins palliatifs à domicile ajoute une plus-value aux soins professionnels. Dans ce type de soins, les volontaires sont souvent d’une grande aide aux aidants proches, qu’ils assistent. C’est aussi une alternative au placement des malades qui peuvent prolonger leur séjour à domicile. Autre élément important : il s’agit d’un lien gagnant-gagnant. La famille est très reconnaissante à l’égard du volontaire, qui ressort enrichi de son expérience.

Quel est le profil des bénévoles ?

Tous les profils sont les bienvenus, mais certains bénévoles sont plus susceptibles de s’investir que d’autres. Parmi ces volontaires, les jeunes se manifestent de plus en plus. "Ils travaillent souvent à temps partiel, ont des enfants, mais libèrent quelques heures par semaine pour faire du volontariat. Souvent, ils le font après avoir perdu eux-mêmes quelqu’un dans leur cercle familial ou de connaissances", explique la responsable. Elle poursuit :"la plupart des volontaires sont des femmes, mais il y a aussi quelques hommes. Pour l’essentiel, il s’agit toutefois de pensionnés ou de personnes qui ont arrêté plus tôt de travailler et qui veulent encore faire quelque chose qui a du sens".

Quelles sont les qualités requises ?

Plusieurs qualités sont requises pour pouvoir assister les personnes en fin de vie telles que le sens de l’écoute et de la retenue. Il faut pouvoir mettre "son propre vécu et ses propres soucis de côté…car c’est le vécu du patient et seulement celui-ci qui importe le plus. Il faut réaliser que l’on n’est qu’une petite partie de leur vécu, ne pas porter de jugement, ne pas faire preuve d’ingérence… c’est souvent difficile, parce que l’on a envie de changer certaines choses. Fiabilité et discrétion, de même que le secret professionnel, sont également importants". Etre bénévole dans le secteur des soins palliatifs n’est surement pas chose aisée, d’où la nécessité de s’assurer que les profils correspondent à la fonction. "Lors des premiers contacts que j’ai avec les candidats volontaires, je préfère voir une attitude réservée qu’une grande confiance en soi”, conclut Karen De Meerleer.

Source : http://www.actualcare.be/fr/fr-benevolat/volontariat-a-lasbl-panal-soins-palliatifs-dans-larrondissement-de-louvain/



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.