Les dépenses des soins de santé stagnent !

Les dépenses des soins de santé stagnent !

Alors que le coût des soins de santé dans le système de sécurité sociale est régulièrement pointé du doigt, un rapport de l’OCDE indique une stagnation des dépenses.

Un nouveau rapport sur la santé de l’OCDE (Organisation pour la Coopération et le Développement économique), publié le 7 juillet dernier, révèle que la croissance des dépenses de soins de santé stagne depuis deux ans en Belgique. Elles n’ont crû que de 0,1% entre 2012 et 2013, alors que le taux était de 2,7% en 2011. Par comparaison, la croissance moyenne au sein des pays de l’OCDE, est de 1%.

Une grosse part de dépenses publiques

Mais la Belgique consacre quand même 10,2% de son PIB (produit intérieur brut) aux dépenses de soins de santé, avec 78% de part de dépenses publiques. Plus concrètement, cela équivaut à une moyenne de 3827 euros dépensés en soins de santé par chaque citoyen, en 2013. Le rapport du 7 juillet dernier relève d’une manière générale un recul des dépenses de santé dans de nombreux pays européens, en 2013. Alors qu’en dehors de l’Europe, ce type de dépenses a augmenté à un rythme de 2,5% par an, depuis 2010.

Un effet de la crise ?

La croissance des dépenses de santé étant généralement alignée sur la croissance économique, ces dépenses sont restées stables en pourcentage du PIB par rapport à 2012. Cette situation contraste avec celle ayant prévalu dans les années précédant la crise économique lorsque leur augmentation a été nettement plus rapide que celle du reste de l’économie. Néanmoins, les premiers chiffres disponibles pour une douzaine de pays de l’OCDE semblent indiquer une hausse modérée similaire des dépenses de santé dans l’ensemble en 2014, alors même que la croissance économique y reste inférieure aux niveaux ayant précédé la crise.

Hausse des dépenses privées

Les trois quarts des dépenses de santé continuent d’être financées par des sources publiques dans les pays de l’OCDE, mais les mesures de maîtrise des coûts prises par certains d’entre eux ont conduit à une hausse des dépenses privées – soit par le biais du régime d’assurance-santé privé, soit par l’intermédiaire des paiements directs effectués par les ménages. En Grèce et au Portugal, la part des dépenses de santé privées a progressé de 4 points depuis 2009, ce qui représente la hausse la plus prononcée de la zone OCDE, et signifie qu’un tiers de la totalité des dépenses de santé y a été financé par des sources privées en 2013.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.