Les enjeux et recommandations pour pallier le vieillissement sociodémographique

Les enjeux et recommandations pour pallier le vieillissement sociodémographique

Philippe Defeyt, économiste et président du CPAS de Namur, explique les enjeux et les recommandations pour palier le vieillissement sociodémographique en Wallonie.

Suite aux conclusions de l’analyse du vieillissement sociodémographique en Wallonie, Philippe Defeyt préconise plusieurs mesures, en vue de résoudre le problème : : « La feuille de route (…) vise à donner quelques repères, balises et orientations pour transformer ces défis en opportunités d’un mieux vivre partagé… ».

Enjeu n° 1 : La bonne mesure du défi

Recommandation : Confier à un panel de démographes et médecins la mission de construire un ensemble d’indicateurs dynamiques du vieillissement démographique.

Enjeu n° 2 : Les évolutions sociodémographiques

Recommandation : Mobiliser sociologues et démographes pour une analyse fine et prospective des dimensions sociodémographiques du vieillissement.

Enjeu n° 3 : Les situations d’extrême précarité et les tensions

Recommandations :

1. Faire travailler les travailleurs sociaux du secteur sur une base collaborative pour :
- partager les bonnes pratiques qui permettent d’apporter une solution durable - repérer les dispositifs qui coincent et formuler des propositions pour les faire - - améliorer les dispositifs ou mécanismes de repérage de ces situations critiques.

2. Confier au tribunal de la famille une compétence spécifique pour gérer les conflits familiaux nés du vieillissement des parents ou proches.

Enjeu n° 4 : Les besoins de lits en MR et MRS, résidences-services et autres lieux de vie

Recommandation : Mobiliser et structurer l’information existante pour
- évaluer quantitativement et qualitativement les besoins en lits MRS (aujourd’hui) insatisfaits :
- simultanément évaluer les besoins en résidences-services
- évaluer le potentiel pour des formes d’accueil à taille plus humaine et au fonctionnement plus convivial et définir les contours de ces structures à créer
- mieux connaître l’importance quantitative et les dimensions qualitatives de la cohabitation d’une personne âgée avec des proches plus jeunes.

Enjeu n° 5 : Une assurance-autonomie inclusive

Recommandation : Rendre la future assurance-autonomie wallonne plus inclusive, en finançant des services et équipements permettant une réelle autonomie.

Enjeu n° 6 : Une banque du temps intergénérationnelle

Recommandation : Lancer une expérience-pilote de banque du temps intergénérationnelle dans deux arrondissements (si possible éloignés) s’inspirant du Fureai Kippu japonais, que l’on pourrait baptiser SIS (Services intergénérationnels de solidarité) en Wallonie, pour généraliser ensuite le dispositif s’il se révèle puissant.

Enjeu n° 7 : Le sens du détail, l’attrait de la convivialité

Recommandations : 1. Développer et étoffer – dans le cadre du site "Bien vivre chez soi" et en s’appuyant sur ce qui existe déjà comme démarches semblables – une banque de données publique des meilleurs produits et des conceptions originales de dispositifs, appareils et architectures facilitant et sécurisant la vie quotidienne des aînés.

2. Adapter en conséquence les normes de l’AViQ.

3. Financer un programme de R&D associant universités, entreprises, associations concernées et personnes vieillissantes.

4. Lancer trois expériences-pilotes de Ville amie des aînés.

Enjeu n° 8 : Diversifier les métiers

Recommandation : Lancer un débat public sur les métiers intermédiaires entre médecin et infirmier et entre infirmier et aide-soignant pour définir les profils respectifs et adapter les normes d’encadrement.

Enjeu n° 9 : Les contraintes immobilières

Recommandations :

1. Permettre à des propriétaires âgés de bénéficier d’un logement plus adapté à condition de confier le bien à une AIS (Agence immobilière sociale), tout en restant propriétaire.

2. Donner aux AIS les moyens nécessaires pour (pré)financer des travaux d’adaptation du logement à la condition d’accueillir un (ménage) locataire dans une partie du bâtiment.

3. Adapter les normes urbanistiques de manière à pouvoir transformer les (grandes) villas isolées en plusieurs logements.

4. Adapter la loi sur les baux pour les personnes âgées locataires qui doivent quitter leur logement quand elles se retrouvent seules.

5. Donner priorité à ces personnes dans les structures plus familiales à créer.

Enjeu n° 10 : Une feuille de route budgétaire

Recommandations :

1. Financer, d’ici 2025, 2000 places en MRS (dont 500 pour des courts séjours ou des séjours de convalescence) et 2000 logements en résidence-services (dont 500 en résidence-service sociale) en réorientant annuellement 11,3% des budgets consacrés aux infrastructures routières.

2. Prélever un additionnel de 1,25% à l’IPP (rapport : environ 150 millions), plutôt qu’une cotisation mutuelle forfaitaire, pour financer un ensemble de services bénéficiant aux personnes âgées, à domicile et hors-domicile, mais également à leurs proches (en particulier les aidants), pour leur garantir une véritable autonomie.

3. Financer une étude prospective de l’évolution absolue et relative des "petites pensions" pour mesurer le mieux possible la charge supplémentaire qui pèsera sur les familles et/ou les CPAS.



Commentaires - 1 message
  • Une veuve qui n'a jamais travaillé (principale pensionnaire des maison de repos) touche une bien plus grosse pension que ce que touchera une AIDE-SOIGNANTE qui travaille à mi-temps(GRAPA°!

    Belle escroquerie que tout cela au profit du secteur de l'économie dites 'sociale',un juteux business pour certains....

    Nedine samedi 16 avril 2016 10:41

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.