Les femmes en grève pour défendre leurs droits

Les femmes en grève pour défendre leurs droits

C’est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, ce mercredi. À cette occasion et c’est une première en Belgique, les femmes ont décidé de se mettre en grève. Elles descendront dans les rues autour d’un slogan commun : "La solidarité est notre arme".

Le 8 mars est une date bien connue par les femmes. C’est une journée au cours de laquelle elles ont la possibilité de défendre leurs droits. Cette année, plusieurs acteurs du féminisme ont lancé un appel mondial à manifester. La Belgique est solidaire et de nombreuses femmes feront donc grève contre les violences physiques, économiques, politiques, verbales ou morales qu’elles subissent à travers le monde.

"La solidarité est notre arme"

Selon Vie féminine, un mouvement créé par et pour les femmes, "l’idée est d’exercer une pression sur les gouvernements afin de faire avancer les choses en matière de violences à l’égard des femmes". Ces dernières ne seront donc pas là où on les attend d’habitude : "Elles seront en rue à travers le monde autour d’un slogan commun "La solidarité est notre arme" pour construire des ponts".

Une mobilisation sous diverse formes

En Belgique, les organisations féministes préconisent une "façon ouverte et libre de prendre part à la grève". La mobilisation prendra donc diverses formes. Samedi passé, par exemple, en guise de préambule au 8 mars, de nombreuses femmes se sont rassemblées à Bruxelles pour faire pression sur le gouvernement. Mercredi, elles seront invitées à suspendre leurs tâches ménagères, à porter des vêtements noirs ou encore à poster sur les réseaux sociaux des photos d’elles-mêmes en grève. Plusieurs manifestations seront également organisées un peu partout dans le pays sur le thème des violences féminines. "Passées sous silence, banalisées, excusées, niées, ces violences restent largement sous-estimées", conclut Vie Féminine.

Un concept venu d’Islande

Si, en Belgique, c’est la première fois qu’une telle mobilisation est organisée, le concept existe déjà depuis de nombreuses années. En effet, l’appel à la grève générale des femmes est né en Islande en 1975. Il est aujourd’hui suivi par de nombreux pays comme la Pologne, où des milliers de femmes sont descendues dans la rue vêtues de noir pour protester contre le projet d’interdiction de l’IVG ou en Argentine, où elles protestaient contre la politique de Donald Trump. Vu l’ampleur de ces diverses manifestations à travers le monde, un groupe de femmes polonaises a décidé de créer l’"International Women’s Strike". Mouvement suivi aujourd’hui par 35 pays, dont la Belgique.

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.