Les formations pour les professionnels de l'enfance saturées

Les formations pour les professionnels de l'enfance saturées

Chaque année, l’EPE collabore aux programmes de formations destinées aux professionnels de l’enfance. Celles-ci sont organisées par l’ONE et sont assurées en partenariat par plusieurs opérateurs. Partout, le constat est le même : les besoins en formation du secteur sont plus importants que l’offre de formations.


- Les associations psycho-sociales se forment au relationnel

-  Développement professionnel : une formation pour devenir formateur

3 facteurs expliquent cette saturation, selon Isabelle Vanvarembergh, la directrice psycho-pédagogique de l’ONE, l’Office de la Naissance et de l’Enfance : «  Premièrement, il y a l’obligation de formation qui pèse sur le secteur 3-12 ans. Ensuite, il faut pour recevoir un agrément passer par des opérateurs agréés par le ministre de tutelle, et enfin, le prix de la formation pèse dans le choix. Vu que l’ONE délivre des formations de qualité, avec un accès gratuit pour les professionnels de l’accueil et qui sont reconnues, cela explique l’importance de la demande. »

Des subsides importants mais pas suffisants

En 2011, la dotation de l’ONE s’élevait à quelque 250 millions d’euros. Dans ce budget, la part destinée à la formation continue du personnel des milieux d’accueil était de 0,57%, ce qui représente un montant de circa 1 million et demi d’euros, selon des chiffres communiqués par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Ces subsides importants ne permettent cependant pas de répondre à la demande. «  Pour certains modules de formations, on a des listes avec plus de 50 personnes en attente. Et on ne peut en accepter que 12 ou 13. On est ici lié au budget alloué par la Fédération Wallonie-Bruxelles », explique Jean-Luc Vercaemst, chargé de communication et pilote des formations programmées à l’EPE, l’Ecole des Parents et des Éducateurs

Et pourtant, la dotation de l’ONE a sensiblement augmenté ces dernières années. Entre 2007 et 2011, son budget a presque doublé (+ 46%). Cependant, la priorité des dépenses va à l’accueil des enfants et non à la formation : aussi 48% du budget est consacré au financement des milieux d’accueil. Viennent ensuite les frais de personnel qui occupe 28% des dépenses de l’enveloppe attribuée à l’ONE.

Partager les frais pour démultiplier l’offre de formations

Dès lors, quand le quota de jours de formations subventionnés par l’ONE est atteint, les opérateurs de formation proposent leurs activités éducatives à leurs tarifs habituels. Il est aussi possible que les organismes de formations subventionnés par l’ONE proposent d’organiser des formations à condition que la prise en charge financière soit répartie comme suit « un jour pris en charge via les subventions ONE et un jour pris en charge par la structure », afin de réduire le coût financier de la formation.

Cette pratique est proposée dans le cadre des interventions sur site (accompagnements d’équipe, journées pédagogiques) et des formations délocalisées (demandes de formations groupées de structures). Pour anticiper les malentendus, elle peut être formalisée dans une « convention » entre la structure demandeuse et l’organisme de formation. Cette pratique, encouragée par l’ONE, est proposée par certains organismes de formation dès le début de la diffusion de la brochure ONE, ce qui permet de démultiplier l’offre de formations.

Delphine Hotua

N’hésitez pas à vous exprimer et commenter sur nos réseaux sociaux ou Forum !



Commentaires - 3 messages
  • j ai été en communauté française étape par étape j e n ai qu UF1 et des stages réussis qu on me refuse en me mettant en échec parce que je n arrive pas a faire le rapport de stage j ai le projet de devenir co accueillante j adore es ce que l ONE peux m aider je suis ALE je travaille dans une école je suis aussi bénévole je me demandé si je pouvais aussi aidé L one j en serais ravi comme bénévole pour l expérience merci Giovanna franzese habite

    Zébo lundi 18 mai 2015 12:04
  • j habite MONS

    zébo lundi 18 mai 2015 12:07
  • Bonjour,
    Je n'ai rien contre vous mais je pense qu'il faut maîtriser le français quand on veut travailler avec les enfants, en Belgique et quel que soit leur âge. En Belgique, les exigences pour travailler avec de petits enfants sont trop faibles. Il faut que cela change. Si vous n'arrivez pas à faire un rapport de stage, c'est normal que l'on vous mette en échec. Il faut réussir une formation et obtenir un diplôme pour travailler avec les enfants. Il ne suffit pas d'être gentille et d'aimer les enfants....

    Csylvie vendredi 3 juillet 2015 17:49

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.