Les infirmiers belges sont incapables de gérer la surcharge de travail

Les infirmiers belges sont incapables de gérer la surcharge de travail

Une étude révèle que les infirmiers sont moins aptes à gérer la surcharge de travail dans les milieux conciliant différents niveaux d’études. Ce qui peut être fatal aux patients.

La semaine dernière, la Guide Social consacrait son Dossier de la Semaine aux études infirmières à deux vitesses. La réforme du double cursus des infirmiers est toujours attendue, alors qu’une étude parue dans la revue médicale "The Lancet" confond, entre autres, la formation belge. Le taux de mortalité des patients augmente lorsque des infirmiers de niveaux d’études différents font face à une surcharge de travail.

10 patients par jour en moyenne en Belgique

L’enquête menée auprès de 26.516 infirmières dans 9 pays différents, dont la Belgique, a montré que les infirmiers devaient prendre en charge 8,3 patients par jour en moyenne. Or, selon les informations recueillies par Le Vif-L’Express, les infirmiers belges s’occuperaient en moyenne de 10 patients par jour. Sur les 9 pays étudiés, 52% des infirmiers avaient un niveau d’études équivalent au bachelier. En Belgique, il n’y a pas autant d’infirmiers brevetés ou bacheliers en Wallonie et en Flandre : entre 30% et 40% des infirmiers wallons ne seraient titulaires que du brevet, alors qu’il seraient jusqu’à 70% en Flandre.

La mortalité en hausse selon le niveau d’études

Le taux de mortalité des patients sous 30 jours après une opération chirurgicale varie en fonction des pays mais aussi des hôpitaux. Clairement, l’étude met principalement en cause la surcharge de travail des infirmiers : le taux de mortalité augmenterait de 7% à chaque patient supplémentaire par infirmier. Or, il s’avère que les patients encourent davantage de risques en se faisant soigner dans des hôpitaux où les infirmiers ont un niveau d’éducation plus faible que la moyenne. En effet, à chaque tranche de 10% du personnel infirmier qualifié de niveau bachelier correspond une baisse du taux de mortalité de 7%.

Allonger les études à 4 ans

Pour le Vif-L’Express, le président de l’association belge des praticiens de l’art infirmier ACN, Paul Sonkes, s’est lui aussi prononcé en faveur d’un rallongement des études infirmières à 4 ans. Selon le praticien, il n’en faut pas moins pour rencontrer les exigences européennes d’un cursus complet de 4.600 heures. Loin de rendre la formation inaccessible, la mesure aurait participé, en Suisse, à une nouvelle popularité du métier.



Commentaires - 8 messages
  • Si tel est vraiment le cas, alors c'est de la non assistance à personne en danger. Arrêtons directement ces deux filières et passons à 4 ans.........Non, je ne suis pas convaincue, des bons et des mauvais infirmiers, il y en a dans les deux filières. 30 ans qu'on en parle........On en a des morts sur la conscience, on frôle le génocide là........Non, si c'était vraiment le cas, cela serait réglé depuis bien longtemps.......Pas convaincue du tout-du tout......Par contre convaincue du non vouloir politique de prendre ce problème par les cornes et de le traiter définitivement!

    Ines Zapatero jeudi 19 mars 2015 16:41
  • Si tel est vraiment le cas, alors c'est de la non assistance à personne en danger. Arrêtons directement ces deux filières et passons à 4 ans.........Non, je ne suis pas convaincue, des bons et des mauvais infirmiers, il y en a dans les deux filières. 30 ans qu'on en parle........On en a des morts sur la conscience, on frôle le génocide là........Non, si c'était vraiment le cas, cela serait réglé depuis bien longtemps.......Pas convaincue du tout-du tout......Par contre convaincue du non vouloir politique de prendre ce problème par les cornes et de le traiter définitivement!

    Ines Zapatero jeudi 19 mars 2015 16:42
  • Permettez- moi de vous dire que cela est de la foutaise, Les infirmières brevetés sont tout aussi compétentes que les gradués (bachelières). Restons honnête, svp, quand les pouvoirs politiques ont décidés de faire une nouvelle filière par manque de personnel , vous étiez bien tous content d'avoir ces brevetés, qui avaient bien plus d'heures de stages que les gradués (bachelières). En fin de cursus, nous étions vraiment des infirmières de terrain tandis que les bachelières étaient des pauvres malheureuses qui terminaient leur 3 ème avec quasi aucun bagage pratique, certes au niveau théorique elles étaient au top de la microbiologie, biologie, qui sur le terrain nous sert pas à grand chose finalement et évidement des stages un peu plus pointus comme usi et néo-nat. Notre différence à l'une et à l'autre étaient comblées en -+ 1 an Arrêtez donc de dénigrer les infirmières brevetés, je vous invitent vraiment à être sur le terrain avant de pondrent des âneries pareilles. Que pour être aux normes ministérielles, il va falloir choisir une seule filière, je suis d'accord, mais il faut que les gros penseurs qui usent leur popotin sur une chaise en se faisant une petite branlette intellectuelle et en ayant un cou comme un taureau en dénigrant les études des brevetés NON.
    Nous avons tous commencés nos études, que ce soient avec la filière A1 ou A2 en 3 ans avec des stages WE, jours fériés, vacances , des coupés, des nuits + nos études et nos travaux avec un nombres d'heures requis.
    Mais lorsque nous avions fini, nous savions ce que le métier d'infirmière était, contraintes de WE, JF, coupés, matin, après-midi et nuits. Maintenant nos chérubins d'étudiants bacheliers, voir même brevetés , c'est presque, s'il ne faut pas leur installer le tapis rouge quand ils débarquent en stages et au niveau travail bulle, ne parlons pas de leur journalier où il est au 3/4 mâchés et ne doivent plus que remplir des cases . Allons, allons faut arrêter , nous n'avons pas plus de mort sur notre conscience qu'une infirmière bachelière et si il y a tant de décès, que ces polichinelles politiques et ces têtes pensantes, comme ACN, FNIB et touti quanti reviennent sur le terrain et ils se rendront compte que non comptant d'être très mal payés, nous sommes pressés comme des citrons, par nos directions qui ne voient que l'argent et n'en on rien à faire du malade, où l' harcèlement moral est de plus en plus présent, nous croulons sur la paperasserie et ne savons plus nous occuper de nos patients heu...... pardon clients.
    Alors, oui je veux bien entendre 1 seule filière ( de toute façon fallait être belge pour créer 2 filières) mais avec une valorisation des infirmière brevetés.
    NON au 4 ans d'études, pour être infirmière générale , les anciennes ont su faire leur nombre d'heures en 3 ans et bien que l'on augmente les heures de stages des étudiants et ils verront la réalité du terrain . Et si il devait s'avérer que l'on passe en 4 ans (c'est encore du belge, car les autres pays européens ce sont mis aux normes, sans pour cela ajouter 1 an supplémentaire simplement pour alléger les études, non suivi par des professeurs compétents) si vous acceptés cela c'est de la bêtise humaine, car pour peu que vous vouliez faire un master vous en avez pour 5 ans et un doctorat 6 ans et bien vous serez petits médecins de toute façon sous fifre au rabais. Du grand n'importe quoi.....

    doralulune jeudi 19 mars 2015 19:44
  • je suis d'accord avec le commentaire plus haut avant les infirmières sortant de l'école avaient un bagage de nuit we même en stage on ne les ménageais pas maintenant elles arrivent avec des exigences de princesses et pas trop envie de we nuit et pour certaines de travailler tout cour alors A 2 ou A1 cela na rien à voir c'est juste une question d'avoir envie ou pas de faire correctement son boulot je travaille depuis des années en collaboration avec des infirmières et il y en à de très bonnes et de très mauvaise

    mageo jeudi 19 mars 2015 20:57
  • J'invite les collègues ci-dessus à prendre connaissance de la littérature scientifique (donc basée sur des faits et pas des impressions ou opinions personnelles) de ces 15 dernières années et qui plaide en faveur d'une formation de bachelier en soins infirmiers. Par ailleurs, une règle de 3 élémentaire permet de constater que 2300 heures de cours et 2300 heures de stage ne rentrent pas dans 3 années de formation... Cf directive européen 2013/55EU et décrets de la Communauté française. Et que les étudiants et les professionnels infirmiers du XXIe siècle ont bien raison de rechercher un juste équilibre travail-vie sociale (autre démonstration faite dans la littérature : infirmier bien dans sa tête = personne soignée). Parce que les "avant c'était mieux", "de mon temps", "il n'y a qu'à" et autre "on a toujours fait comme ça" ont fait la démonstration de leur incapacité à faire évoluer les choses. Alors résolument TOUS BACHELIERS ET EN 4 ANS pour des professionnels compétents dans leurs gestes ET dans leurs têtes et des patients bien soignés.

    Dl vendredi 20 mars 2015 21:05
  • Foutaise..... C'est ce que vous, organisme infirmier voulez.
    Quelle est votre motivation ?? Vous n'aurez plus d'étudiants car faire 4 années de bachelier et plus. Les étudiants feront leur médecine. Croyez- vous que faire ces études en 3 ou 4 ans ils seront mieux dans leur tête, pour cela , il faut arrêter de presser le citron ..... il faut arrêter de rire là. Donnez des professeurs encadrant aux élèves serait intelligent et ne pas les laisser livrés à eux même et se retrouver en 3 ème en ne sachant rien faire de leur 10 doigts, c'est beau d'être une tête pensante mais il faut aussi savoir jouer avec ces acquits intellectuelles et les mettre dans la pratique professionnelle. Le personnel sur place n'est pas une nounous et elles ont assez de responsabilités sur le dos.
    les directives européennes n'oblige nullement à faire ces études en 4 ans , ça c'est du belge encore comme quand l'on avait besoin de brevetée ( Il y a que ces 2 filière qu'en Belgique). Les autres pays font les heures théoriques et pratiques en 3 ans.

    Doralulule lundi 30 mars 2015 13:28
  • Contactez l'acn, nous vous expliquerons volontiers nos positions.
    Nous prônons aussi des passerelles et une formation modulaire capitalisable qui permettrait à tout qui veut de pouvoir continuer à se former et à progresser.
    Contactez nous via notre site www.infirmieres.be

    p.sonkes vendredi 1er mai 2015 19:57
  • Contactez l'acn, nous vous expliquerons volontiers nos positions.
    Nous prônons aussi des passerelles et une formation modulaire capitalisable qui permettrait à tout qui veut de pouvoir continuer à se former et à progresser.
    Contactez nous via notre site www.infirmieres.be

    p.sonkes vendredi 1er mai 2015 19:58

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.