Les jeunes et la sexualité, une étude qui interpelle

Les jeunes et la sexualité, une étude qui interpelle

L’Observatoire de la Santé du Hainaut a récemment publié une enquête menée en 2010 sur la sexualité des jeunes. L’étude permet d’établir le profil des jeunes hainuyers par rapport à la sexualité. Et l’on peut dire que les défis restent de taille en matière d’information et d’éducation sexuelles.


- Faut-il abaisser la majorité sexuelle à 14 ans en Belgique ?

- Le cadre d’application trop vague de l’EVRAS décrié par les acteurs de terrain

L’étude qui avait pour thème spécifique « Les jeunes et la sexualité » a pris place durant l’année scolaire 2009-2010. Environ 1.200 jeunes de 10 à 17 ans ont été interrogés sur leurs représentations, leurs connaissances, leurs pratiques et leurs besoins d’information par rapport à la sexualité, la vie reproductive, la contraception et les infections sexuellement transmissibles.

Les jeunes pas assez bien informés en matière de sexualité

D’une manière générale, l’accès à l’information concernant la sexualité pour les adolescents présente de nombreuses lacunes. Aussi, les connaissances des jeunes à propos des Infections sexuellement transmissibles (IST), de leurs modes de transmission et des moyens de protection et de prévention sont insuffisantes. Si 96 % des jeunes interviewés connaissent le sida comme IST, ils sont moins de 50% à connaître la gonorrhée, la syphilis, l’hépatite B ou encore l’herpès comme autres IST.

Par ailleurs, il ressort qu’en matière de méthodes de protection contre les IST, certains jeunes imaginent qu’avec la contraception, ils se protègent également des infections sexuellement transmissibles. Un fait d’autant plus interpellant quand il apparaît en outre que la plus grande difficulté rencontrée par les jeunes dans leur sexualité est la peur du sida ou d’autres maladies.

Les copains, première source d’information

Face à de tels manquements, l’accès à l’information concernant la sexualité est primordial et doit être vivement encouragé. C’est la mission notamment de l’EVRAS, l’Éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle. A cet égard, plusieurs initiatives ont été relevées en Fédération Wallonie-Bruxelles. Parmi celles-ci :les points appuis EVRAS mis en place par les Centre Locaux de Promotion de la Santé (CLPS).

Il est cependant constaté que les copains et copines sont la source d’information sur la sexualité la plus souvent citée dans l’étude, aussi bien à l’école qu’en dehors. Le hic, c’est que les pairs ne sont eux-mêmes pas toujours bien informés en la matière.

Taux élevé de grossesses chez les adolescentes hainuyères

Le Hainaut est la Province qui comprend le plus haut taux de grossesses chez les adolescentes, la moyenne est deux fois plus élevée que dans le reste de la Belgique. « En 2009-2010, on dénombrait en Hainaut environ 190 naissances et 208 interruptions volontaires de grossesse (IVG) par an chez des femmes de 13 à 17 ans », ressort-il de l’étude. Ces chiffres sont en légère progression depuis 2002-2003.

Autre élément constaté par l’enquête, ces grossesses adolescentes se retrouvent davantage dans les communes moins favorisées sur le plan socio-économique. Parmi les communes concernées par ces taux supérieurs à la moyenne, on trouve notamment Charleroi, Courcelles, Colfontaine, Quiévrain, Quaregnon et Antoing.

Se servir d’internet pour informer sur la sexualité

De façon globale, en 2010, 35% des jeunes de 16 ans déclarent avoir déjà eu des rapports sexuels. La proportion de filles (34%) est similaire à celle des garçons (36%).

Les préjugés, quant à eux, reculent doucement : 70 % des jeunes de 16 ans pensent que les homosexuels doivent être respectés comme les autres et 71 % ne sont pas d’accord avec l’affirmation que les filles qui prennent la pilule ou ont des préservatifs sont des filles faciles.

Reste que cet « instantané » des jeunes en Hainaut et de leur sexualité soulève une fois de plus l’importance d’informer et de communiquer en la matière. Et à cet égard, l’internet pourrait bien se révéler comme le support à exploiter davantage puisque, entre 2003 et 2010, l’utilisation du web comme source d’information sur la sexualité est passé de 13 à 23%.

Delphine Hotua

N’hésitez pas à vous exprimez et commenter via nos réseaux sociaux ou forum !



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.