Les kinés francophones sont représentés à l’Inami !

Les kinés francophones sont représentés à l'Inami !

Contrairement à ce que dit l’Union des Kinésithérapeutes de Belgique (UKB), les professionnels francophones sont bien représentés dans les discussions avec l’Inami. Le président de l’aile francophone de l’unique association représentante de la profession, Axxon, le confirme.

Les kinésithérapeutes en ont marre. Avec plus de 20.000 professionnels qui exercent en Belgique, des prestations qui ont augmenté de 4% de 2014 à 2015, les kinés veulent qu’on rebudgétise leur profession et qu’on la reconnaisse, en fonction des réels besoins de la population. A ces revendications s’ajoute une bataille de fond entre deux associations : l’Union des Kinésithérapeutes de Belgique, qui accuse Axxon, l’unique représentante de la profession sur le plan national, de ne représenter que le nord du pays dans les discussions avec l’Inami. Las, le président de l’aile francophone d’Axxon, Patrick Wérrion, remet les points sur les « i ».

Les kinés engagés dans un bras de fer

Le budget : le casse-tête des kinés

L’UKB appelle à la déconvention !

L’Union des Kinésithérapeutes de Belgique lance une pétition

Les kinésithérapeutes dénoncent la méthode " De Block "

Encore un débat communautaire

Pour Patrick Wérrion, l’UKB se bat en permanence sur le fait que la ministre de la Santé, Maggie De Block, a refusé de les prendre en compte comme association représentative de la profession, soit-disant pour des raisons communautaires. « La ministre s’est débarrassée des francophones, il n’y a plus de francophones à l’Inami pouvait-on entendre dire l’UKB. C’est un mensonge ! Axxon est composé de 3 parties : une partie nationale, avec 2 ailes : une francophone et une néerlandophone. Et je suis président de l’aile francophone. Et en même temps je fais partie du conseil d’administration national d’Axxon. Je vous assure donc que les kinés francophones sont bien représentés ! »

Une représentation linguistique égale

Patrick Wérrion est fatigué de ce débat communautaire, alors qu’actuellement, les kinés ont d’autres chats (plus importants) à fouetter. « Ces bagarres de représentativité, c’est énervant. A chaque fois l’UKB dit qu’Axxon c’est l’association flamande. Mais ce n’est pas vrai ! Nous sommes linguistiquement représentatifs. Comme nous avons remporté les élections sociales étant les seuls candidats à rentrer dans les critères… L’UKB s’est présentée, mais des inspecteurs administratifs ont vérifié les critères d’éligibilité et ils ne les remplissaient pas, donc ils n’ont pas pu participer. »

Lors des élections sociales, ce sont les prestataires de soins qui votent afin d’élire leur association représentative. Cependant, cette dernière doit remplir plusieurs critères en vue d’être prise en compte. « Dans le cas des kinés, ils n’ont pas eu à voter puisque la seule association qui remplissait tous les critères d’éligibilité c’était Axxon. L’UKB dit que Maggie De Block a changé les critères pour essayer de les éjecter et ça m’énerve parce que tout ce débat à la fin est un vrai débat communautaire alors que ça n’en est pas un ! »

Une pétition

La semaine dernière, l’UKB lançait une pétition. Ou plutôt, RE-lançait. Comme l’explique P. Wérrion, « Cette pétition est partie d’une initiative privée, un groupe FB créé par des kinés néerlandophones, relayant toutes les revendications d’Axxon. Ils ont remis ces signatures au président de la Commission de convention le jeudi 12 janvier. Ce que nous avons appelé la Commission de convention de la dernière chance, pour essayer d’établir une convention. Et voilà qu’à présent l’UKB dit : ah ben moi, je reprends cette pétition et vous allez signer. Mais elle a déjà été signée et remise ! Et il est évident que la seule chose que ça pouvait montrer c’est que les kinésithérapeutes de terrain sont tout à fait d’accord et en ont un peu marre. Ces histoires communautaires parasitent tellement le débat, alors que le combat est bien ailleurs… »



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.