Les médecins se mobilisent pour sauver l'hôpital d'Arlon

Les médecins se mobilisent pour sauver l'hôpital d'Arlon

Les médecins du sud-Luxembourg sont prêts à investir une partie de leur salaire pour sauver l’hôpital d’Arlon, menacé par le projet de restructuration.

L’avenir du paysage hospitalier en province de Luxembourg n’est pas prêt de s’éclaircir. En janvier dernier, 80% des Arlonais se prononçaient contre la création d’un nouvel hôpital Centre-Sud où serait transférée la structure de soins principale. Ce mardi, l’affaire connaît un nouveau rebond alors que les médecins se disent prêts à céder une partie de leur salaire pour maintenir l’activité de l’hôpital d’Arlon.

Projet Vivalia 2025

Au cœur de la polémique, le projet de restructuration proposé par l’intercommunale Vivalia. Alors que la restructuration des hôpitaux en province de Luxembourg stagne depuis 2 ans, le vote organisé en janvier dernier à l’attention des médecins à été un fiasco total. L’enjeu réside dans la création d’un nouveau centre hospitalier en Centre-Sud où seraient transférées les principales structures de soins, aujourd’hui assurées en partie par l’hôpital d’Arlon. Or, 80% des médecins arlonais se sont prononcés contre ce projet, qui verrait l’hôpital d’Arlon céder sa place à une simple clinique. Pour rappel, 3.000 personnes avaient déjà défilé dans les rues d’Arlon en 2013 pour le maintien de l’hôpital.

Les médecins veulent créer un fonds pour Arlon

Les médecins arlonais ont décidé à l’unanimité de la création d’un fonds pour garantir la continuité des activités de l’hôpital d’Arlon. En cédant 1 à 2% de leurs salaires, ils seraient en mesure de réunir une somme avoisinant les 300. 000 euros pas an, ce qui suffirait à assurer les dépenses de l’hôpital nécessaires à la dispense de soins de qualité. Pour la RTBF, le président de l’association des médecins spécialistes d’Arlon-Vitron Philippe Gobert a en effet estimé que l’apport serait suffisant pour "acheter du nouveau matériel pour maintenir un bon niveau de qualité de soins". En revanche, il n’est pas question d’investissements pour en faire l’un des deux hôpitaux de pointe visés par Vivalia d’ici 2025.

Un geste de protestation symbolique

L’initiative des médecins "est surtout symbolique", a néanmoins précisé Philippe Gobert. Une manière pour les professionnels de la santé de montrer jusqu’où ils sont prêts à aller pour sauver les activités médicales à Arlon. Cette action montre aussi la volonté des médecins de s’investir dans le développement des structures de soins aux côtés des acteurs politiques des communes et des régions.

Le projet ne cesse d’achopper, alors que la situation ne peut pas avancer sans l’aval de toutes les parties. La mobilisation des médecins d’Arlon ne remet pourtant pas en cause la restructuration à venir des hôpitaux en province de Luxembourg.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.