Les objectifs d'Eliane Tillieux pour l'emploi en Wallonie

Les objectifs d'Eliane Tillieux pour l'emploi en Wallonie

La ministre wallonne de l’Emploi et de la Formation, Eliane Tillieux, développe ses différents objectifs concernant l’emploi et la formation, développe La Libre.

La formation et l’encadrement des chômeurs sont au cœur de la politique de la ministre wallone de l’Emploi et de la Formation.

Des chômeurs mieux encadrés

La Wallonie a désormais pour charge le contrôle des chômeurs, après la réforme de l’Etat. Le Forem, déjà accompagnateur, se transformerait ainsi en contrôleur. De ce fait, 400 fonctionnaires de l’ONEM rejoindraient le Forem. Concernant les travaux d’intérêt général imposés aux chômeurs, à hauteur de deux demi-jours par semaines, Eliane Tillieux rétorque que "Si le Fédéral impose cette mesure, elle devra donner aux Régions les moyens et les garanties nécessaires. J’ai notamment pris connaissance des conclusions d’une étude de l’UCL qui démontrent et confirment que ce type de mesure n’est pas praticable et que, par ailleurs, elle pourrait entraîner des effets pervers en terme de déstructuration de l’emploi salarié.", rapporte La Libre.

La baisse des points APE ne jouerait pas sur le nombre d’emploi

Un point APE diminuerait de 1.4% : sa valeur passerait de 3.000,77 euros à 2988.77 euros par an. La baisse serait de 12 euros par an, soit 1euro par mois et aucun emploi ne serait donc menacé par cette mesure, selon la ministre. Aucune réduction des cotisations sociales pour les employeurs n’aurait lieu. Le secteur des APE concerne aujourd’hui 48.000 travailleurs et 9.000 entreprises.

Une baisse de la déductibilité fiscale pour les titres-services

Avec 279.000 utilisateurs, 1.000 entreprises et 42.000 travailleurs, le secteur des titres services reste très présent en Wallonie. Eliane Tillieux maintient le changement pour le calcul de la déductibilité fiscale sur les titres services, ne voyant pas cela comme problématique pour le secteur. A partir de 2016, les 30% de déductibilités ne seraient plus calculés sur 9 euros mais sur 3. La valeur du chèque remboursé aux entreprises serait indexée de 100% contre 73% auparavant.

La création future d’un pacte pour l’emploi et la formation ?

Eliane Tillieux proposerait la création d’un pacte pour l’emploi et la formation ainsi que d’une Office francophone pour la formation en alternance (OFFA). Créer un pacte pour l’emploi et la formation permettrait de rentre les aides à l’emploi plus simples afin d’en faire de véritables leviers pour le marché du travail et les entreprises wallonnes. Plusieurs axes de travail, communs aux partenaires sociaux wallons, seraient ainsi définis. Leurs objectifs seraient d’améliorer l’apprentissage, la formation en alternance, l’accès à l’emploi sans oublier l’adéquation de l’offre d’emploi vis à vis de la demande. L’Office francophone pour la formation en alternance (OFFA), située à Bruxelles, aurait pour objectif de mettre en relation les différents protagonistes de l’alternance, autour d’un contrat et d’un statut unique d’alternance. L’orientation professionnelle des jeunes du secondaire serait également renforcée.

Le Forem et l’IFAPME devraient avoir une meilleure gestion de leurs crédits

Une réserve était auparavant constituée et la ministre compte y mettre fin : tout ce qui n’aurait pas été dépensé serait dorénavant restitué à la Région. Les dotations seraient augmentées : 31 millions d’euros supplémentaires accordés au Forem et 5 millions à l’IFAPME. Le Forem et l’IFAPME auraient pour obligation d’affecter respectivement 5 millions d’euros et 720.000 euros à des investissements. Le reste des subventions accordées serait réparti ensuite au sein de leurs différentes politiques



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.