Les personnes handicapées font valoir leurs droits

Les personnes handicapées font valoir leurs droits

À l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, Unia, le Centre interfédéral pour l’égalité des chances, a lancé sa campagne "J’ai un handicap et j’ai des droits". Il déplore également une hausse de 40% des discriminations liées au handicap en 2016.

Ce samedi 3 décembre, c’était la Journée internationale des personnes handicapées. La Convention des Nations Unies relatives aux droits de ces personnes fête ses 10 ans cette année. Deux événements incontournables qui ont poussé Unia à rappeler aux handicapés qu’ils ont des droits et qu’ils doivent les faire valoir. D’autant plus qu’ils sont victimes de nombreuses discriminations à l’emploi, dans l’enseignement ou encore concernant l’accessibilité aux biens et services.

"J’ai des droits"

Selon Unia, "Les personnes handicapées ont des droits, beaucoup de droits. Comme tout le monde." Nombres d’entre elles les ignorent encore. C’est pour les leur rappeler que le Centre pour l’égalité des chances a lancé sa campagne d’information. À travers différents canaux de communication, Unia veut "changer la donne". Sur son site, il dresse une liste de droits inhérents aux personnes handicapées en Belgique repris de la Convention des Nations Unies :

- droit de participer à l’élaboration des lois et politiques qui les concernent ;

- droit d’accéder aux écoles, logements, transports publics et à leur lieu de travail ;

- droit de prendre des décisions, de gérer leur argent et leurs biens personnels ;

- droit d’être protégées contre toute forme de violence ou d’abus physique ou psychologique, et d’être traitées avec respect ;

- droit de vivre où et avec qui elles veulent et de bénéficier du soutien nécessaire à cet effet.

Discriminations en hausse

En 2016, 500 dossiers ont été ouverts par Unia pour discriminations liées au handicap. C’est une hausse de 40% par rapport à l’an passé. Le manque d’accessibilité aux biens et aux services pour les personnes handicapées est l’un des points les plus préoccupants. À titre d’exemple, selon le dernier décompte de 2012, seules 24 gares sur les 546 du pays étaient intégralement accessibles. Autre constat : seul 1 bâtiment scolaire sur 10 est accessible ou facilement aménageable. Les discriminations à l’emploi et dans l’enseignement sont également pointées du doigt. Sur internet aussi, seuls 15% des sites belges sont conçus pour basculer vers des explications vocales pour les malvoyants. Face à ces "énormes problèmes", Unia invite les autorités à mettre en place un plan d’action de mise en accessibilité de l’environnement existant à court, moyen et long terme.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.