Les personnes prostituées mieux soutenues dès 2016

Les personnes prostituées mieux soutenues dès 2016

Les personnes prostituées seront mieux soutenues en matière d’aide et de soins dès 2016.

Le gouvernement a approuvé en première lecture l’arrêté qui vise à développer et pérenniser les subsides aux services agréés d’aide et de soins aux personnes prostituées. Pour Maxime Prévot, ministre de l’Action sociale et de l’Egalité des chances, c’est une bonne nouvelle. Cet arrêté va permettre de renforcer et d’étendre l’action de terrain menée par les diverses associations.

Une augmentation du budget

Cette décision va permettre, à terme, de porter le budget annuel consacré au subventionnement des services agréés de 430.000 €, en 2015, à un total de 710.000 €. Cette augmentation des moyens disponibles permettra de développer le secteur d’aide et de soins aux personnes prostituées au travers de 7 services et 12 antennes (éventuellement ambulatoires) réparties sur l’ensemble du territoire wallon, dans le souci d’une plus grande proximité. En 2015, la Wallonie comptait trois services agréés actifs dans ce secteur.

Pérenniser l’action des services agréés

L’arrêté permettra également de pérenniser l’action des services agréés au travers de la reconduction annuelle des subventions qui leur sont accordées. Pour autant qu’elles remplissent les missions fixées par le décret du 27 mars 2014 créant des services d’aide et de soins aux personnes prostituées, les associations bénéficieront des subsides.

Pour rappel, les missions des services d’aide et de soins aux personnes prostituées consistent, par exemple, à :

- rompre l’isolement social des intéressé-e-s ;
- permettre leur participation à la vie sociale, économique, politique et culturelle ;
- promouvoir la reconnaissance sociale, notamment en assurant un accompagnement visant à l’insertion sociale ;
- améliorer le bien-être et la qualité de la vie, notamment en assurant un accompagnement visant à l’estime de soi ;
- favoriser l’autonomie ;
- proposer une écoute et un accompagnement adaptés ;
- améliorer l’accès aux soins et réduire les risques de transmission des IST et MST ;
- assurer un hébergement sûr aux personnes qui souhaitent quitter un réseau de prostitution.

L’ensemble de ce dispositif sera mis en place progressivement à partir de 2016, au gré des demandes d’agrément.

Cet agrément et soutien aux associations est une des mesures importantes du Plan fédéral de lutte contre les violences basées sur le genre ainsi que du Plan intra-francophone de lutte contre les violences sexistes.

A lire aussi :

Prostitution : la commune de Saint-Josse adopte un nouveau règlement



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.