Les PIIS n’épargneront personne

Les PIIS n'épargneront personne

Dès le 1er novembre, les Projets Individualisés d’Intégration Sociale deviennent obligatoires pour tous. Le secteur grince des dents.

C’est une des réformes qui a fait beaucoup parler d’elle : en avril dernier, le ministre de l’Intégration sociale, Willy Borsus, décide de rendre les PIIS ou Projet Individualisé d’Intégration Sociale obligatoires pour tout nouveau bénéficiaire du RIS. Avant, ils n’étaient conclus qu’avec les jeunes de moins de 25 ans. L’objectif ? Responsabiliser. Le secteur se soulève et les CPAS adressent une lettre au ministre en vue de réglementer correctement la mesure. Petit récapitulatif.

Concrètement, qu’est-ce qui va changer ?

Selon une estimation relayée par le cabinet de l’Intégration sociale, on attend 38 910 nouveaux dossiers pour 2017, tous soumis au fameux PIIS, donc. Le ministre argumente : « Il s’agit de guider et d’accompagner des personnes souvent fragilisées, bien évidemment pas de les sanctionner ». On peut également lire sur le site du ministre que « le but de la réforme est très clairement de soutenir l’intégration sociale et l’insertion professionnelle des bénéficiaires d’un RIS, mais aussi de les responsabiliser. »

Le service à la communauté

Parmi les accompagnements et la guidance qu’impliquent un PIIS, un est pointé du doigt. Il s’agit du service à la communauté, qui selon le cabinet de l’Intégration sociale a pour but « d’une part, de contribuer au trajet de développement personnel du bénéficiaire et d’autre part, de lui permettre de contribuer à la vie en société ». Ce service, normalement facultatif, deviendra obligatoire une fois qu’il aura été accepté par le nouvel arrivant au CPAS. Des sanctions sont prévues en cas de non-respect (de 1 à 3 mois de suspension de RIS). Beaucoup considèrent cette mesure comme dégradante et inutile pour une personne déjà fragilisée par sa situation.

L’étude de la discorde

Des chercheurs de l’Université de Saint-Louis et de la Kerel de Grote Hogeschool ont été commandités par le cabinet du ministre pour réaliser une étude concrète sur l’application du Projet Individualisé d’Intégration Sociale. Cependant, dès le départ, l’interprétation de l’étude par le ministre et son cabinet a été remise en cause non seulement par les travailleurs, les citoyens, mais également par les trois fédérations de CPAS que compte la Belgique.



Commentaires - 4 messages
  • Je lis d'une part: "Il s'agit de guider et d'accompagner des personnes souvent fragilisées, bien évidemment pas de les sanctionner " et quelques lignes plus loin: "Des sanctions sont prévues en cas de non-respect (de 1 à 3 mois de suspension de RIS)".
    Alors pour être tordu c'est vraiment tordu. Je suis tout simplement scandalisée par cette loi dégradante et ce au vu des personnes en situation de précarité que j'aide et je soutien. Les aide à l'emploi sont trop souvent très restrictives et il faut beaucoup trop de conditions poour y accéder. De plus les persones peu scolarisées ou aillant un parcours social et familale instable doivent d'abord recevoir de l'encouragement, de la reconnaissance de leur vécu, de leur parcouors pour pouvoir se reconstruire et retrouver leur dignité. Ensuite, ils retrouveront la fierté de vivre du fruit de leur travail. Mais obéit ou crève cela ne marchera pas et nous allons voir les rue se peupler de SDF, mis dehors de leurs habitations, n'ayant plus que le raquette, la mendicité et le vol pour s'en sortir.

    Sabine-Thérèse jeudi 22 septembre 2016 08:14
  • On connaît tous et toutes les promesses de l'état en Belgique.
    C'est la même chose pour le chomage, on disait qu'il fallait accompagner les demandeurs d'emploi....Aujourd'hui, ceux qui n'ont pas eu la chance de trouver sont exclus des allocations et ceux qui ont du se "recycler" vers l'enseignement sont virés à cause de la réforme des titres.... Youpi vive la Belgique et sa politique d'exclusion et de création de précarité à grande échelle.

    barjabulette jeudi 22 septembre 2016 09:23
  • bonjour,bien sur les reformes sont necessaire ,mais ne faut il pas priviligie le peuple BELGE plutot qu eparpille des milliard d euro aillieurs ????reflexion

    rebelle jeudi 22 septembre 2016 09:45
  • Bonjour,

    Deux diplômes avec un graduat dans un secteur ou maintenant; le patronat engage des A3 ? l'age qui avance!!! Je recherche et en env plus de 50 demandes par mois et quoi? Trois malheureux CDD à l'étranger ? Je ne rentre pas dans des aides pour le patronat pire je manque de points ?
    Alors arrêtons plutôt toute les aides au patronat qui donne une réel injustices à l'engagement, qui ne ce fait pas selon votre motivation diplôme ou même pour ma part les diplômes et 9 formations non non...Les syndicats comme le peuple devrais se battre contre les ACTiVA et tout autres formes d'aides ( Mais bien pour les patrons...) Réflexion!!!!

    Marie chris vendredi 23 septembre 2016 08:56

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.