Les psychologues peuvent être punis

Les psychologues peuvent être punis

Depuis le 26 mai 2014, les psychologues peuvent être soumis à des sanctions, selon le code de déontologie de leur profession. Une manière de garantir au patient un suivi de qualité mais aussi de mieux encadrer les professionnels.


- Le secret professionnel obligatoire, oui mais ...

Que faire si un psychologue discrimine ses clients ou demande des honoraires excessifs ? Les clients insatisfaits pouvaient jusqu’à récemment seulement se présenter à la Fédération Belge des Psychologues (FBP). «  50 plaintes environ ont été enregistrées chaque année. Un tiers d’entre elles concernaient des affaires de divorce où le psychologue peut consulter les enfants à condition d’avoir l’accord des deux parents », explique Edward Van Rossen, directeur de la Commission des Psychologues, une autorité publique qui veille depuis 20 ans à contrôler qui peut se faire appeler psychologue. Mais peu de suivi était donné aux plaintes. Ceci a changé.

Depuis le 26 mai 2014, un nouveau code de déontologie a vu le jour, assorti de sanctions en cas d’abus ou de non-respect des règles. Tous les psychologues, indépendamment de leur statut, secteur ou règlement de travail, doivent le respecter. Il s’articule sur 4 grands points : le respect de la personne et de ses droits (en aucun cas une personne ne peut être discriminée), ce qui inclut le respect du secret professionnel, la responsabilité et les compétences du psychologue. Et son intégrité, notamment sur les rémunérations et le nombre de ses consultations.

Des sanctions

Si la Fédération belge des psychologues avait déjà un code de déontologie, la grande nouveauté, ce sont les sanctions décidées par un Conseil disciplinaire composé de magistrats et de psychologues qui devrait être mis en place prochainement. « Il pourra s’agir d’avertissements, de sanctions temporaires jusqu’à la radiation pour les cas les plus graves », indique Edward Van Rossen. Aussi, un psychologue condamné à l’étranger à ne plus exercer la profession ne pourra plus poursuivre ses activités en Belgique, ce qui lui était possible avant. « Ainsi, le titre de psychologue devient un véritable signe de qualité qui inspire la confiance », poursuit-il.

Un repère

« Le code de déontologie des psychologues est un repère éthique qui permet d’appréhender certaines situations. La réalité peut parfois en être malheureusement éloignée ; à vous de vous montrer vigilant si nécessaire et de le connaître », explique le site pyschologues.be, qui recense toutes les informations nécessaires aux professionnels. En effet, une situation n’est pas l’autre. Ce dont tient compte la Commission des Psychologues, indique Edward Van Rossen : « S’il n’y a jamais eu de plainte au préalable, on vérifie ce que le psychologue a fait, s’il a demandé l’avis d’une commission et pris des informations ». « Il y a un degré de souplesse, conclut-il, s’il y a plainte, le contenu est moins important que la procédure est suivie ».

Manon Legrand

Et quand les psys craquent aussi… A découvrir la semaine prochaine.

Lire aussi :
- Les psychologues désormais tenus par un code déontologique



Commentaires - 3 messages
  • Ce métier est particulier et c'est n'importe qui d'un côté cherche une réponse à son mal être et d'un autre côté une autre personne est payée pour donner une réponse. Tout cela est un peu court.

    samsonmartine jeudi 14 août 2014 18:59
  • Bonjour,
    Après votre article intitulé "Les psychologues désormais tenus par un code de déontologie" dont le titre laissait sous-entendre que jusqu'à présent les psychologues ne respectaient aucune déontologie, voici que vous titrez "Les psychologues peuvent être punis", ce qui - même si stricto sensu est une info exacte - laisse sous-entendre encore une fois que les psychologues font vraiment n'importe quoi et qu'ils ont bien plus besoin d'être punis que d'être enfin reconnus. Or il s'agit d'une profession qui a été reconnue de manière anormalement tardive par le législateur, et le titre et l'exercice de la profession de psychologue clinicien le sont seulement depuis peu par une loi qui n'entrera en vigueur qu'en 2016! Les psychologues font pour la plupart partie d'une ou plusieurs associations professionnelles à haut niveau d'exigence qui n'ont pas attendu le législateur pour imposer à leurs membres un code de déontologie assorti de sanctions le cas échéant. Ces associations professionnelles proposent à leurs membres un processus de formation permanente dans lequel s'inscrit la toute grande majorité des praticiens de manière tout-à-fait volontaire, ce qui me semble témoigner de leur conscience professionnelle et de leur volonté de garantir au patient un suivi de qualité ... A quand un article intitulé: "Les psychologues enfin reconnus à leur juste valeur?".
    Bien cordialement,
    Robert VERSTRAETEN
    Psychologue clinicien, psychothérapeute, vice-président de la Société Belge de Psychologie Analytique.

    robertverstraeten samedi 16 août 2014 19:10
  • Bonjour M. Verstraeten,
    Merci pour votre commentaire. Laisser sous-entendre que les psychologues ne respectent aucune déontologie n'est, en aucun cas, le but de cet article. Notre journaliste a choisi de traiter le nouveau code de déontologie et les nouvelles sanctions qui en découlent. Nous serions ravis de prendre votre témoignage, n'hésitez pas à contacter la rédaction: emilie@axiloo.com

    Modérateur mardi 19 août 2014 15:33

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.