Les représentants des kinés chez De Block

Les représentants des kinés chez De Block

L’Union des kinésithérapeutes de Belgique (UKB) vient d’annoncer que les représentants des kinésithérapeutes se déplaceront, ce jeudi, au cabinet de la ministre de la Santé, Maggie De Block, pour lui exprimer leur mécontentement.

Depuis que la nouvelle convention des kinésithérapeutes a été approuvée par le Comité de l’assurance de l’INAMI, contre l’avis des représentants de la profession, une action de déconvention est en cours. Lancée par Axxon, l’unique association professionnelle belge des kinés et fortement soutenue par l’UKB, cette action, qui prend fin au terme de la semaine, est une vraie réussite. Au moins 41% des kinés belges ont décidé de se déconventionner, ce qui devrait normalement leur permettre de renégocier la convention M17 qu’ils estiment insatisfaisante.

Mais L’INAMI vient d’en décider autrement. En effet, Axxon a reçu, il y a 2 jours, un courrier lui signifiant que même si le taux de non-adhésion à la convention était atteint, le texte serait néanmoins adopté. Ce qui a poussé l’association à transformer son action de déconvention en référendum.

L’UKB, qui n’a eu de cesse de la soutenir a décidé, ce jeudi, de se rendre directement au cabinet de la ministre De Block pour lui exprimer le mécontentement généralisé des professionnels concernés.

La rédaction

[À lire]

- Les kinésithérapeutes dénoncent la méthode "De Block"
- L’Union des Kinésithérapeutes de Belgique lance une pétition
- Les kinés francophones sont représentés à l’Inami !
- L’UKB appelle à la déconvention
- Kinésithérapie : le projet de convention rejeté
- Toujours pas de convention pour les kinés
- Enfin une convention pour les kinés !
- Directives pour une non adhésion à la convention des kinés
- L’action de déconvention des kinés coupée dans son élan
- L’action de déconvention des kinés se mue en référendum



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.