Limitation de l'exercice de la psychothérapie : une bonne nouvelle pour les psychologues !

Limitation de l'exercice de la psychothérapie: une bonne nouvelle pour les psychologues!

La Fédération Belge des Psychologues accueille de façon positive l’accord approuvé vendredi par le conseil des ministres.


- Loi sur les professionnels de santé mentale : suite et fin ?
- Les psychothérapeutes adressent un mémorandum au gouvernement

La reconnaissance du psychologue clinicien comme professionnel de la santé tarde depuis un certain temps. En 2014, le Parlement a voté la loi concernant les professions des soins de santé mentale, ce qui constituait un pas important. Cependant, un certain nombre de problèmes techniques et juridiques se posaient, principalement en lien avec la psychothérapie, une des pratiques des psychologues cliniciens. « Cette loi était très importante. Elle démontrait une volonté politique d’enfin prendre en considération les situations dramatiques dans les soins de santé mentale et de mettre fin au charlatanisme en psychothérapie. La loi était malheureusement un compromis qui se heurtait à des problèmes juridiques » explique Koen Lowet.

Bien-être des patients

De Block a déclaré très tôt qu’elle allait « réparer la loi ». A côté de points techniques, elle simplifie les conseils d’avis et intègre la psychothérapie dans la loi. Lowet est content du choix de la qualité et de la protection des patients. « Les clients des psychothérapeutes seront protégés par la loi concernant les droits des patients et assurés de soins de qualité par des intervenants qualifiés. Ce gouvernement règle enfin un problème vieux de 20 ans. »

Solution raisonnable

Lowet trouve les mesures transitoires pour les psychothérapeutes actuels compliquées. « De Block a manifestement écouté les avis du terrain où il y a pour le moment une grande diversité. Elle aurait pu simplifier mais a apparemment opté pour une solution raisonnable. De cette manière, les psychothérapeutes – actuels ou en formation - qui ne sont ni médecin, ni psychologue ou orthopédagogue peuvent quand même continuer à exercer leur profession ».

Photo : http://psychotherapie.ooreka.fr/



Commentaires - 2 messages
  • Encore une fois, je déplore que l'info que vous transmettez ne relate qu'un point de vue - toujours le même - à propos de la réglementation de l'exercice de la psychothérapie.
    Par simple soucis d'objectivité, ne serait-il pas intéressant que vous fassiez aussi écho à d'autres positions, très différentes, comme celle de l'APPPSY (Association des Psychologues Praticiens d'Orientation Psychanalytique) ou de l'UPPSY (Union Professionnelle des Psychologues)?
    Ces associations professionnelles n'ont pas été consultées par M. De Block qui a pris soin de ne s'adresser qu'aux acteurs de terrain adhérant à son projet qui, loin de "réparer" la Loi Muylle, la "détricote" complètement.
    Robert VERSTRAETEN,
    psychologue clinicien - psychothérapeute

    R. Verstraeten vendredi 12 février 2016 18:49
  • Je pense effectivement que cette loi sert très bien les intérêts corporatistes des psychologues, qui sont parfois de très mauvais thérapeutes par manque de formation.
    Je pense par contre qu'elle ne rend pas du tout service aux patients.
    Et je partage l'avis de mon collègue concernant l'information qui est donnée sur votre site.
    Brigitte Dohmen, psychologue clinicienne et psychothérapeute.

    Brido mercredi 17 février 2016 02:08

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.