Lutte contre le radicalisme : 11 nouvelles mesures

Lutte contre le radicalisme : 11 nouvelles mesures

Une dizaine de nouvelles mesures préventives publiques, à destination des jeunes, sont lancées pour aider les professionnels. Décryptage.

Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles vient d’adopter 11 nouvelles mesures préventives à destination des jeunes, proposées par la Ministre en charge de la Jeunesse et de l’Egalité des chances, Isabelle Simonis. Quelque 90.000 euros vont être dégagés pour mettre en œuvre 4 mesures d’information et de sensibilisation sur le terrain, dont des actions de formation, de coaching individuel et de création d’outils pédagogiques, à destination des professionnels, pour déconstruire et faire face aux postures de radicalisation. Mais aussi la construction d’une nouvelle pièce de théâtre diffusée à Bruxelles et en Wallonie, incluant récits médiatiques, réseaux sociaux et liberté d’expression, ainsi qu’un colloque universitaire à destination des cadres du secteur. 

En lien avec le terrain

D’autre part, 7 mesures structurelles visent principalement à établir rapidement un relevé exhaustif des problèmes rencontrés sur le terrain en lien avec le radicalisme et à renforcer le maillage de façon optimale, à concevoir et mettre en œuvre un dispositif particulier d’actions positives dans les centres urbains, mais aussi à renforcer l’ensemble des animations jeunesse autour des 4 axes précités. A plus long terme, il est également prévu d’organiser une formation obligatoire, uniformisée et certifiée, des cadres du secteur Jeunesse.

Prévention et projet de société

« A côté du volet répressif, l’autre enjeu de taille de la lutte contre les radicalismes se situe en amont, dans la prévention et le projet de société porté et proposé aux citoyens et aux jeunes. Il est donc urgent de continuer à agir sur le terrain, dans les différents lieux fréquentés et visités par la majorité des jeunes » ajoute Isabelle Simonis. L’ensemble de ces mesures sera organisé dans le cadre du dispositif transversal mis en place par la Fédération Wallonie-Bruxelles et en collaboration avec le Comité stratégique anti-radicalisme sous l’égide du Ministre-Président.

Poursuite de la stratégie

Au-delà des funestes événements survenus ce 22 mars, le Gouvernement de la FWB poursuit sa stratégie préventive ciblée, au travers d’un plan coordonné. De nombreuses initiatives ont d’ores et déjà été concrétisées comme la définition de l’Institut de formation pour les cadres musulmans, la dispense de centaines de formations auprès d’acteurs clés de la FWB, la mise en place de cours citoyenneté dans les prisons, et la création d’une cellule de coordination – le RAR qui sera prochainement renforcé dans ses missions.

Formation de 200 professionnels

Dans le secteur de la Jeunesse, plusieurs journées de formation ont été organisées en 2015 et ont permis à plus de 200 professionnels d’être sensibilisés à cette thématique. Ce travail a notamment mis en évidence la faiblesse des relations de confiance entre jeunes et professionnels, ainsi que le manque d’esprit critique des jeunes face à certaines formes de désinformation. A cet égard, l’analyse des discours médiatiques et ceux véhiculés par les réseaux sociaux, la liberté d’expression, la législation anti-discrimination et l’aptitude à la communication interculturelle apparaissent comme 4 axes incontournables à approfondir.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.