Lutter contre le chômage des jeunes : qu'en est-il ?

Lutter contre le chômage des jeunes : qu'en est-il ?

1 jeune européen sur 4 est à la recherche active d’un emploi en moyenne. Le conseil européen, préoccupé par cette situation, a lancé le plan Garantie pour la jeunesse en 2013. Cependant, les fonds prévus en Belgique en 2015 ne serviraient qu’à financer des mesures déjà existantes selon le Conseil de la jeunesse.

Cette garantie jeunesse a pour but de pousser les Etats membres à offrir une formation, un emploi ou un stage aux jeunes moins de 4 mois après qu’ils aient quitté les bancs scolaires.

Une refonte du plan en Wallonie

Eliane Tillieux, Ministre wallonne de l’Emploi , explique que "Nous avions un plan typiquement wallon et on nous a demandé d’être mieux articulé avec le secteur de l’enseignement. Vous savez que l’enseignement est géré par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Donc, nous avons apporté une réponse à l’Union européenne", rapporte le site de la RTBF. Les 27 millions d’euros du fonds garantie jeunesse vont être rejoints par les 27 millions d’euros du gouvernement wallon et les 27 millions du fond social européen. Cela servirait à financer des mesures déjà existantes comme la promotion de la mobilité, les stages ou encore les formations.

Les stages d’insertion professionnelle réellement utiles ?

Des conditions de travail précaires pour les jeunes et peu de perspectives d’emploi après : telles sont les conséquences que peuvent provoquer les stages d’insertion professionnelle. Ces derniers sont de plus limités au secteur privé, rapporte le site de la RTBF. D’autres passerelles entre le monde du travail et l’enseignement devraient être crées et rajouter des conditions aux employeurs, employant des stagiaires selon le Conseil de la Jeunesse.

Une levée de fonds financiers

40 millions d’euros vont être distribués à la Belgique. 3.000 stages, 1.000 emplois et 3.000 formations devraient être financés à Bruxelles par le gouvernement, sans même attendre les fonds européens, comme l’a expliqué le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle Didier Gosuin. 30% des demandeurs d’emploi à Bruxelles ont moins de 25 ans.

Lire aussi :

- Le marché du travail des jeunes : " il n’y a pas de quoi se réjouir "

- ProJeuneS contre le salaire minimum pour les jeunes

- Un salaire réduit pour les jeunes afin d’encourager les embauches : stop ou encore ?

- Objectif pour Bruxelles : le dispositif "garantie emploi jeunes" opérationnel en 2015



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.