Maggie De Block veut rembourser l’aide psychologique

Maggie De Block veut rembourser l'aide psychologique

Selon le journal De Morgen, la ministre de la Santé Publique, Maggie De Block, est en train de plancher sur une façon de rembourser l’aide psychologique.

Voilà une nouvelle qui devrait ravir les psychologues. La ministre de la Santé publique, Maggie De Block, a décidé de rembourser l’aide psychologique. Presqu’un an après avoir déposé le texte du projet de loi clarifiant le statut des psychologues, la ministre s’attaque à présent à son remboursement.

1 personne sur 3 concernée

Maggie De Block a expliqué à De Morgen que le Conseil fédéral des professions des soins de santé mentale « serait installé vendredi et celui-ci va étudier comment nous pouvons rembourser l’aide psychologique. Nous savons que certaines personnes ne se sentent pas bien parfois durant dix ans sans qu’elles ne reçoivent l’aide adéquate. Cela est terrible, ce ne devrait plus être possible. » En ce qui concerne le financement de la mesure, la ministre veut élaborer un plan par étapes et catégoriser les remboursements : les personnes qui en ont le plus besoin, selon « l’urgence » de leur situation. Elle a également expliqué « Dans tous les cas, je trouve important de réaliser cela. Une personne sur trois fait face à des problèmes psychologiques dans sa vie. »

Quid des autres critères ?

La ministre n’a pas précisé selon quels autres critères elle comptait rembourser cette aide. Etant connue dans le secteur pour ses penchants evidence-based, la question se pose de savoir si Maggie De Block prendra également en compte les psychothérapeutes, nombreux à exercer dans le domaine de la santé mentale ou si elle réservera les remboursements aux seuls détenteurs du titre de psychologue clinicien…

Le secteur sous tension

Depuis le dépôt du texte de loi par la ministre, le secteur est sous tension. Dans le texte, Maggie De Block prévoyait que seuls les médecins, orthopédagogues et psychologues cliniciens puissent, à l’avenir, pratiquer la psychothérapie. Face aux nombreuses critiques qui lui ont été adressées par le secteur, lui reprochant entre autres un manque de clarté et de légalité dans le texte déposé, la ministre a finalement été déboutée par la Cour constitutionnelle, qui a donné raison au terrain. Une belle victoire, donc, pour celui-ci. Reste à présent à voir quelles conséquences la nouvelle mesure de remboursement des aides psychologiques engendreront pour les praticiens.

La rédaction



Commentaires - 5 messages
  • C'est donc une bonne chose que les mutuelles interviennent dans les consultations des psychologues mais c'est aussi parce que les psychologues cliniciens sont reconnus légalement dans l'exercice de leur profession par la loi De Block. Je rappelle que cette loi est positive pour les psychologues et ceux qui les consultent.
    Il faut préciser que c'est uniquement le chapitre portant sur la psychothérapie qui pose problème à certains et que c'est uniquement l'art 11 et 12 qui ont été annulés jusque-là. Enfin, je précise que si cette loi limite la psychothérapie aux psychologues cliniciens, orthopédagogues et médecins; ce n'est pas d'emblée. Ces professions sont une condition d'accès à la formation en psychothérapie. Elle ne dit pas que ces professionnels sont d'emblée psychothérapeutes. Avant cette loi, les seuls habilités à l'exercice de la psychothérapie étaient les médecins. Avec cette loi, s'ils veulent pratiquer la psychothérapie, ils doivent se former! Et je ne connais guère de médecins prêts à entreprendre la formation minimale de trois ans que suppose l'exercice de la psychothérapie!!

    Thierry Lottin,
    Président uppcf (www.uppcf.be)

    Thierry Lottin jeudi 25 mai 2017 10:34
  • Avant cette loi, la pratique de la psychothérapie était pratiquée de facto à partir de diplômes multiples et répondait à un chemin e maturaconcrétisé un jour, pour la plupart, par un long trajet de formation dans des instituts privés dont certains préexistaient à la fondation des facultés de psychologie.

    Francis Martens jeudi 25 mai 2017 11:14
  • reste-t'elle bloquée aux thérapies comportementalistes ou en tant qu' analyse je peux également continuer à recevoir des personnes qui demandent une aide, en psychothérapie analytique, comme je le fais depuis 23 ans

    Patricia Geller jeudi 25 mai 2017 12:03
  • Il n'y a pas une forme de psychothérapie qui est privilégiée. En d'autres termes, la psychothérapie tcc n'est pas privilégiée par rapport à la psychothérapie analytique.

    Catherine Choque jeudi 25 mai 2017 13:08
  • Une bonne chose que les mutuelles interviennent dans les consultations d'aide psychologiques ? Peut-être, peut-être pas car cette proposition pose la question de ce qu'est vraiment la psychothérapie et de sa place dans notre société où l'humain est malmené. Un espace pour remettre les personnes plus vite au travail ? Un espace où on met les personnes dans des cases définies par l'evidence based medecine ? ou u espace où l'humain peut redevenir humain, choisir et prendre sa vie en main ?

    myriam Ladeuze samedi 27 mai 2017 18:42

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.