Manipulateurs au travail : les détecter pour les éviter

Manipulateurs au travail: les détecter pour les éviter

Etre victime d’une personne manipulatrice peut s’avérer extrêmement dommageable au cœur des relations professionnelles. Comment les identifier et les contrecarrer ?

Il n’existe pas un prototype unique de manipulateur. Celui-ci jongle avec les règles implicites qui régissent les rapports sociaux et possède un sens inné pour démasquer les « failles » de son interlocuteur. Caméléon, il adoptera le comportement afférent pour arriver à ses fins et obtenir de l’autre ce qu’il a envie qu’il fasse. Il existe cependant des tactiques répétitives et identifiables chez ce type de personnalité.

Identifier les causes de malaises

Les bonnes questions à se poser dans ce type d’interaction, au niveau professionnel, sont : pourquoi cette personne me met-elle mal à l’aise ? Pourquoi arrive-t-elle à induire un comportement ou une réponse que je ne souhaitais pas initialement adopter, suite à une simple discussion ? Pourquoi ai-je l’impression d’être nul à côté d’elle ? Le jeu de pouvoir du manipulateur s’inscrit dans une dynamique qui induit ce genre de sentiments et un grand désarroi psychologique chez sa victime. D’où l’importance de l’identifier rapidement.

Des tactiques à démasquer

La personne manipulatrice va développer des procédés diversifiés pour utiliser son interlocuteur comme un pion et l’ébranler. Ces trois tactiques sont relativement courantes :

- Culpabiliser : le manipulateur a tendance à se présenter comme la victime, à essayer de donner une image de vulnérabilité, afin de susciter la compassion. Pourtant, l’analyse objective de la situation ne colle pas avec l’image qu’il essaye de donner de lui. Il essayera ensuite de souligner les erreurs de son interlocuteur, tout en l’impliquant dans des situations de double contrainte afin que l’attitude adoptée ne soit jamais celle qui convienne et culpabiliser l’autre. Il met facilement en avant les services rendus, pour que l’on se conforme in fine à son souhait. Il prend les avis contraires aux siens pour des critiques ou des reproches et ne se remet jamais en question.

- Déstabiliser : c’est l’une de ses grandes tactiques ! Il garde, en apparence, une maîtrise de lui à toute épreuve et ne semble touché par rien. Il disqualifie les besoins, sentiments, valeurs, opinions d’autrui, particulièrement lorsque cela est contraire aux siens. Il est convaincu de détenir la vérité et devient facilement ironique ou sarcastique lorsque l’on essaye de lui démontrer une autre vision des choses. C’est le pro des sous-entendus, parsemés dans ses discours pour semer la suspicion sur ses victimes.

- Subjuguer : il soigne son image de « gendre/bru idéal(e) » et utilise la flatterie et la séduction pour attirer la sympathie. Mais un indice peut mettre la puce à l’oreille : en véritable caméléon, il change ses versions et comportements en fonction des situations. Lorsqu’on lui pose des questions claires, il a le don de systématiquement répondre de façon vague, afin de se préserver une porte de sortie et pouvoir changer d’avis le cas échéant. Sa dialectique amènera, ici encore, autrui à se juger ignare…

Ils occupent des postes-clé !

Dans la sphère professionnelle, les manipulateurs arrivent souvent à leurs fins et occupent de surcroît des postes enviables. Leurs comportements sont malheureusement en phase avec la demande de performance, de compétitivité et d’intelligence, exigées dans le monde du travail aujourd’hui. Et ils sont généralement efficaces dans leur fonction. Voilà pourquoi même si leurs tactiques s’apparentent à du harcèlement moral, ce sont généralement les victimes que l’on licencie, puisque après avoir subi les affres des comportements destructeurs des manipulateurs, elles ne sont plus bonnes à rien…

Comment y faire face ?

- L’indifférence : c’est l’arme numéro un contre les manipulateurs qui vampirisent l’énergie d’autrui pour combler leur faille narcissique.

- La non-communication : comme une communication normale ne peut s’établir avec la personnalité manipulatrice, lui donner des explications équivaut à lui procurer un bâton pour vous faire battre. Restez aussi vague que lui dans vos réponses.

- Démontrer un esprit critique : apprenez à mieux vous connaître et à ne pas laisser vos émotions vous submerger face à ses agissements.

- Mettre de la distance : face à un manipulateur, la meilleure tactique est de partir ou de prendre vos distances si cela n’est pas possible, pour le moins psychologiquement.

- Apprendre à dire non !

Sandra Evrard



Commentaires - 4 messages
  • Après avoir lu cet article, j'ai bien pris conscience que rien ou pas grand chose ne peut ébranler un manipulateur. Pour ma part, j'ai subi également brimades, hurlement, remarques déplacées incessants alors que je devais être écolée, par cette manipulatrice et chef direct placée face à moi, il faut savoir que j'avais quitté un CDI pour intégrer ce poste, après 3 semaines avec l'aide de la GRH, j'ai demandé un transfert vu les circonstances et l'impossibilité d'évoluer favorablement.. Cet harcèlement a eu un impact sur ma santé ! J'ai dû être en incapacité de travail, après 3 mois, j'ai tout simplement été licenciée à 53 ans alors que j'avais suivi la procédure pour un transfert. Il n'y a eu aucun moyen de défense car le syndicat m'a spécifié que même si je gagnais, je pouvais être susceptible de devoir payer pour propos vexatoire à la partie adverse; (quel cauchemar), j'aurais dû prévenir le service de prévention de médecine du travail, mais j'étais de toute bonne foi et pensais réellement obtenir un transfert quel qu'il soit, mais contre une grosse institution vous n'êtes pas grand chose, Ceci est dû à l'élaboration d'un rapport à mon encontre unilatéral présenté au Collège pour décision, mais personne n'a remis en question les agissements de cette personne alors que j'étais la 5ème personne à qui cela arrivait! N'ayant aucun piston, j'ai été licenciée avec un motif vague bien monté par la juriste de cette cellule. Je digère mal cet épisode et trouve cela inadmissible. Actuellement, je suis toujours en incapacité, car pour retrouver un job stable, c'est très difficile. Cette expérience est désastreuse psychologiquement et financièrement parlant.... J'ose espérer un dénouement favorable après tant d'efforts pour surmonter cette épreuve. Je vous remercie.

    pmondy@hotmail.be jeudi 6 août 2015 11:00
  • Pas de pitié pour ces personnes nuisibles qui effectivement se retrouvent très vite aux postes clés.Une des solutions c'est aussi la solidarité afin de faire bloc .
    Démonter leur stratégie diabolique par l'information et la connaissance sur la psychologie de ces pervers narcissiques devient une nécessité tant ceux ci sont de plus en plus nombreux.
    Pas étonnant dans un monde qui prône l'égoÏsme surdimensionné ,la performance à outrance et la réussite socioéconomique à tous prix ,même au détriment des autres !
    Il est temps que les gentils" prennent les armes "contre ces personnes nuisibles qui au fina

    Roxanarchi vendredi 28 août 2015 07:24
  • Il est temps que les gentils" prennent les armes "contre ces personnes nuisibles qui au final ne sont que de vulgaires frustrés empoisonnant toute vie sociale sereine.
    Courage à ceux et celles qui ont affaire à eux et dites vous que vous valez mille fois mieux sur le plan moral ,que vous, vous êtes équilibrés et ...apprenez à être sans pitié pour eux .

    Roxanarchi vendredi 28 août 2015 07:33
  • Très impressionnée par le livre que j'ai lu d'une traite: ds la gueule du loup de Marianne Guillemin. edit Max Milo, fnac:18 euros40 . C'est autobiographique et cela raconte sa vie avec un pervers narcissique,

    Voici un long résumé mais ce n'est qu'un résumé, mme Guillemin met tout un décors entre ces qques phrases, une ambiance, du vécu.

    A lire pour ceux qui veulent approfondir le sujet ou le conseiller à une personne ( homme ou femme d'ailleurs) qui vit ce genre de situation mais qui n'arrive pas trouver l'élan pour s'en sortir ...si elle est prête..

    Je conseille aussi les très très bonnes vidéos de Ghislaine LIPSKI ( c'est aussi du vécu) qui s'appelle: "manipulateur pervers narcissique: l'enfer à deux, une pièce de théâtre" visible sur youtube ainsi que le documentaire: "amours toxiques".l y a aussi le film' mon roi 'qui est très bien ficelé ou le livre femmes sous emprise

    Résumé:

    Au début: l'homme parfait, idéal , séducteur, avenant, qui la flatte, fascine ...sachant attendre sa "proie", l'hypnotise puis le coté sombre et cet état cyclique épuisant: violence d'abord verbale (destruction psychique) puis physique (épuisement, douleurs..) suivi d'une capacité de très grande douceur théâtrale, nouvelle lune de miel pour "recupérer" sa proie, la culpabiliser.

    Elle est sa chose et qd il va trop loin, il redevient celui qui la couvre de fleurs, mais alors pq partir, est ce elle qui est folle? Elle doute d'elle, s'en veut, il est si... si gentil si avenant si intelligent si ... qd il n'est pas ça....

    Il est rapidement "ça", dès l'alliance du mariage au doigts, il l'entraîne en voyage là ou lui veut aller, commande au resto son plat pour ... deux, l'entraîne au skis sur une piste difficile alors qu'elle sait à peine skier, amalgame pervers entre lui et elle à son profit à lui , à son dépend à elle.

    Pour contrer violence verbale naissante, angoisse en sa présence, dévalorisation, humiliation elle apprend a vivre seule, à s'isoler, à l'éviter, à se faire toute petite, à ne pas le contredire, à l'approuver pour avoir... la paix, bref, à ne plus exister, à mentir, a longer les murs du foyer.

    Elle apprend même la contre manipulation. Elle a envie de voir son amie? elle déclame haut et fort:" suis fatiguée, pas envie de voir mon amie, je vais annuler" et comme cela elle a le champs libre pour sortir! et oui avec Sa bénédiction! car ds ce cas, il la pousse à sortir. Sadisme a son paroxysme.

    Les gens la trouve changée, le visage fermé, sans joie... elle, elle protège la situation:" je suis fatiguée pour le moment". A part une femme qui est passée par là avant et avec qui elle n'a pas besoin de s'étaler, l'autre a compris très vite.

    L'association avec la bipolarité suite à une consultation psychiatrique même si de sa part à lui c'est: "oui bien sur c'est elle qui est folle". "Si j'y vais ma chérie, c'est à cause de toi car tu es folle".
    Heureusement le psychiatre n'est pas dupe mais lui ( le psychopathe) ne fera pas de suivi...le psychiatre lui conseille à elle, ds une consultation ultérieure ou elle est venue seule, yeux dans les yeux, de ...partir définitivement, de couper les liens avec lui.

    La naissance des enfs pour arriver à "créer un esprit de famille..." mais alors il n'est plus a être "le seul" au centre de son attention à elle. Il devient jaloux des enfs.
    Il l'interrompt qd elle joue avec eux. Bon ça c'est le début.. c'est encore "gentil".

    Il heurte les gens extérieurs par ses propos comme par ex avec l'accoucheuse en déclarant haut et fort: "en accouchant à midi, tu me fais rater mon repas, j'ai faim, toi c'est facile, tu es couchée.."égocentrisme a son paroxysme.

    Il est de plus en plus isolé à l'extérieur, il rabroue les gens... les gens le fuient.

    Enfs "souffre douleur": " tu paieras a travers les enfs..".sadisme, de sa part à elle: tenir "pour" les enfs, être là pour les protéger, atmosphère familiale deletère...,

    Tout se bouscule ds sa tète à elle: les enfs ont besoin d'un père pour se construire, d'une famille... est ce si sur finalement? qd elle voit ds les attitudes de ses enfs la reproduction de la propre violence du père? Ils se mettent à utiliser les mêmes mots, les mêmes gestes..c'est l'effroi.

    Qd elle se prend a banaliser ses actes aux yeux des enfs pour qu'ils gardent une image positive du père, elle se pose tout de même des questions. La fatigue n'explique pas un comportement violent.
    n'est ce pas mieux de grandir au calme avec moins de sécurité financière? De toute façon elle paie bcq elle même..,elle découvre qu'il a un compte caché.

    Elle donne bcq d'elle-même pour assurer la stabilité des enfs, lui est cyclique et puis cet appartement qui appartient à ses parents à lui et meublé uniquement comme qd il y vivait seul, le reste des affaires familiales doit être caché.

    Sa mère n'est pas loin de lui, elle est même proche, trop proche: surprotection. Quand ils se voient il l'engueule toujours, pas de respect pour son père non plus.
    Entre elle et sa belle mère, une espèce de compréhension "non-dites, une sympathie ds la douleur..
    Quand au reste de sa famille à lui, ils regardent ... ailleurs!. même si au fond... ils connaissent son caractère, toutes ses crises qd il était petit, son comportement..., loi du silence, ils se détournent après tout, extérieurement, c'est un bon mari et un bon père.

    Incompréhension de sa famille à elle: il est si gentil, si parfait, si intelligent... a l'extérieur.
    A l'intérieur, la violence verbale d'abord puis physique ensuite est le lot quotidien d'autant qu'elle lui répond et pour protéger ses enfants, elle est capable de devenir une hyène.
    Mais elle se rend compte que c'est pas elle cela, c'est pas cela qu'elle veut de la vie, du couple, ni d'ambiance familiale...
    pourtt elle reste: dépendante , à tout faire, sans fin, pour attirer , pour quémander son affection. Elle espère encore et encore qu'elle arrivera par sa douceur, sa compréhension, son attitude effacée... à le faire changer de comportement...Bien que tout doucement, elle sent , de sa part, l'amour pour lui s'effriter au profit de: j'ai droit à ma tranquillité, à vivre comme je veux, à pouvoir être moi-même.

    Perte successive de boulot car il est acariâtre, se dispute avec tout le monde, jalousie car elle s'en sort très bien, boulot stable, promotion. C'est sa bouée de secours.
    Elle est journaliste, lui aussi. Elle a cessé de lui faire lire ses écrits car... il critique tout! Il sait mieux qu'elle, même si sa propre vie professionnelle à lui est un fiasco!.

    Son monde à lui: n'être jamais content, jamais satisfait, maintenir un état de tension en interne, exercer le pouvoir d'une coquille vide, vivre ce qu'il a toujours connu étant jeune, être considéré comme moins que rien au sein du foyer pas seulement dans son comportement mais ... dans la construction psychique de son être.
    Au sein de son foyer actuel: gesticulation, réaction psychosomatique, vocifération, pensées compulsives.. de toute façon tout cela est de sa faute à elle, elle est le bouc-émissaire.

    Concernant les souffrances physiques, quand cela l'amène à l'hosto: "ce n'est rien", "je me suis coupée"," j'étais distraite, j'ai dégringolé" ou lui répond subrepticement à sa place: "elle est maladroite vous savez.. ". Elle bouillonne mais ...se tait.

    Elle fait un travail énorme ds sa tète:" je dois rester car comme cela je suis présente qd il est avec les enfs, je peux mieux les protéger, je sers d'exutoire et j'envoi les enfs ds leur chambre, elle met plein de stratégies en place pour protéger les enfants et éviter l'éruption volcanique.
    .
    De sa part à lui: intérêt pour les enfs en dents de scie, violence, chantage... et finalement le paroxysme dans la violence et là, elle s'en va, enfin! aidée par son frère car elle a peur, il devient vraiment dangereux qd il sent qu'elle lui échappe.

    Incompréhension du tribunal, comment accumuler des preuves sur souffrances morales et sur mensonges à répétitions face à un manipulateur magnanime,doué? Il est capable d'envoûter l'inconnu, sa construction psychique et sa survie en en dépendent.

    Elle se prend a son propre piège car elle a contre manipulé et comme il est très malin, son attitude à elle est mise en exergue, il la piège. "Vs voyez qu'elle est folle"..., "elle part avec les enfs, elle quitte le domicile conjugal, elle me raconte des mensonges, elle est machiavélique..". comment exprimer qu'elle ne fait que se protéger et protéger ses enfants?

    Oui elle ment, elle ment a sa famille, a ses amis, elle ment à tous pour garder la tête haute car elle a son orgueil. Comment reconnaître face à ses proches, qu'elle s'est trompée? que son mariage idyllique n'est qu'une illusion, un enfer...mement? et là chez le juge, son mari la met face à ses contradictions, elle est authentique au fond d'elle même mais elle a dû adopter des comportements dénués de sens pour contrecarrer ou aller dans son sens...bref... elle s'embrouille, lui... il est malin,rusé,futé..il connait ses points faibles et il l'accuse.

    Heureusement, une autre fois, une juge femme ressent le désarroi de la cliente, en moins de 2 minutes, la juge appuie sur les bons boutons face à lui. Elle le remet en question, il explose, vocifère, elle, la cliente exprime dans son corps de la peur tout à coup même si verbalement elle reste tétanisée et cela n'échappe pas à la juge qui a compris dans quel calvaire elle se trouve et qui accepte qu'elle puisse quitter le foyer conjugal sans perdre ses droits.
    Avec cette décision là, il est hors de lui, sa proie lui échappe, il devient odieux. Elle a gagné! grâce aussi à une jeune avocate femme stagiaire qui se prend de compassion pour elle, elle reprend confiance en elle.

    3 années de calvaire commencent (harcèlement, suivie en rue, lynchage familial car il se présente en victime...) et tjs pas d'aide de la justice qd les enfs clament qu'ils sont malheureux qd ils doivent aller chez leur père, ils ne sont pas entendu ( à l'époque) ou qd l'AS passe, ils sont tellement adaptés a ...louvoyer avec l'humeur de leur père, a s'adapter, a être parfait, a se protéger qd il fait sa crise. Les enfs, en voyant le comportement que la mère avait adopté dans le foyer conjugal, ont intégré le mode d'emploi pour ne pas exaspérer leur père, enfin ils l'espèrent... Bref, à part une atmosphère plombée, un foyer ou tout est trop impeccable car il est maniaque et phobique des microbes, rien ne transparaît ds le rapport de l'AS.

    Intéressant aussi de voir la différence entre les enfs, le grand garçon terriblement lucide sur la situation , qui n'en veut plus et la petite dernière qui a peu connu son père et qui le réclame malgré ses violences.

    Elle, elle s'en sort, sans argent, épuisée par trop de travail mais valorisée au boulot Ses boues de secours, ce sont aussi de rares pers qui la comprennent. Enfin sa lucidité, son ressenti qu'elle continue à écouter, son bon sens, son analyse de la situation qui s'est égrainée sur plus de 10 ans de calvaire!!.

    La peur d'aimer à nouveau, de faire confiance et ses angoisses qui remontent la nuit,: va t'il arriver près de mon lit pour me frapper...travail psy et encore qques années plus tard pour exorciser: ce livre.

    Tout n'est pas là dans ce résumé, lui a continué à charmer puis sévir.....c'est un prédateur.

    Enfin, la fin du livre reprend des caractéristiques des pervers narcissique, comment aider la victime et parole de femmes.

    L'auteure a eu le courage de se mettre à nu dans toute son impuissance, pour dénoncer cette loi du silence et mettre des mots sur des maux, elle dénonce un jeu sadique qui se joue... à deux..


    Cette information sur ce livre peut être diffusée, c'est important d'informer.
    --


    MAN

    man1 lundi 29 août 2016 13:02

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.