Mariemont Village : une maison évolutive

Mariemont Village : une maison évolutive

La réalité de vie et les problématiques de vieillissement varient fortement d’un senior à l’autre. A Mariemont Village, l’on accompagne les personnes depuis l’aide de jour, jusqu’à la maison de repos.


- La délocalisation des maisons de retraite
- Abbeyfield : vieillir ensemble sur le mode participatif

Mariemont Village se présente comme un grand complexe résidentiel, situé dans l’entité de Morlanwelz. Son originalité : la dimension évolutive des lieux d’accueil et des services proposés. Une résidence-service de 32 appartements côtoie un centre d’accueil et de soins de jour, mais aussi un centre de courts séjours et une maison de repos (avec ou sans soins), de 254 lits. Le lieu peut donc accueillir les seniors sur la durée, au gré de leurs besoins et de l’évolution de leur situation et état de santé.

Résidence-services avec petits plus

Un senior autonome, mais qui éprouve un besoin de socialisation, qui souhaite prendre des repas en commun ou recevoir des soins, se contentera généralement d’un accueil de jour. De courts séjours sont également envisageables, par exemple suite à une hospitalisation ou lorsque la famille dans laquelle le senior réside doit s’absenter. D’autres opteront pour la résidence-service, une formule qui a le vent en poupe, car elle permet aux personnes âgées qui conservent une large part d’autonomie, de vivre au sein d’un appartement individuel, tout en bénéficiant des services d’une structure commune (repas, soins, entretien de l’hébergement, coiffeur et activités).

Concept novateur : le cantou

Originalité des lieux : Mariemont Village a aussi créé des cantous. Ce concept se base sur celui des centres d’animation naturels tirés d’occupations utiles, nés en France, en 1977. Ils s’adressent plus spécifiquement aux personnes en perte d’autonomie, par exemple les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, auxquelles l’on propose une participation aux actes de la vie quotidienne. Le but : leur rendre une certaine autonomie collective face à la perte d’autonomie individuelle. Les notions de citoyenneté et de vie sociale sont importantes au cœur de la philosophie de ce complexe.

Participation des seniors

Si l’offre d’hébergement et de services est forcément en avant-plan, ici, on estime que la personne âgée doit rester le principal acteur de sa vie. Stimuler sa participation et ne pas l’infantiliser, comme c’est trop souvent le cas, font partie des démarches observées. Pour concrétiser cette vision, l’établissement a soutenu la création d’un Conseil des résidents, élu au suffrage universel pour 4 ans, pour discuter du fonctionnement de l’institution. Parallèlement, existe aussi un Comité de citoyens, chargé d’accueillir les nouveaux arrivants, de l’animation du samedi matin ou de représenter l’établissement au Conseil des aînés de la commune.

La collectivité avant l’actionnariat

Les relations avec l’extérieur sont également favorisées (par exemple en accueillant des bureaux de vote durant les élections), de même que l’intergénérationnel. Les enfants du personnel sont ainsi accueillis durant les grandes vacances, pour prendre leur petit-déjeuner avec les seniors ou participer à l’une ou l’autre activité. Enfin, en matière de gestion, les surplus financiers sont réinvestis en faveur de la collectivité, au lieu d’être reversés à des actionnaires privés. D’ailleurs, un nouveau jardin des cinq sens a récemment été inauguré et la direction envisage la création d’un centre de bien-être, équipé d’une piscine, d’un hammam, sauna, jacuzzi et d’hydromassages. Preuve s’il en fallait, que l’hébergement des personnes âgées peut s’ouvrir à d’autres alternatives.

Sandra Evrard

A lire aussi :

130 000 personnes dans les maisons de repos en Belgique

Ouverture de la première résidence-services en Wallonie



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.