Non, Axxon n'a pas quitté la table des négociations

Non, Axxon n'a pas quitté la table des négociations

Depuis quelques jours, Axxon, l’unique association professionnelle belge des kinésithérapeutes, doit faire face à de curieuses rumeurs. Elle a tenu à mettre les choses au clair en affirmant qu’elle n’a "pas du tout quitter la table des négociations ".

Depuis le 27 février, date à laquelle une nouvelle convention pour les kinésithérapeutes a été adoptée, Axxon est en pleine campagne. Elle appelle tous les kinés de Belgique à se déconventionner avant le 17 mars pour que la convention du Comité de l’assurance de l’INAMI passe à la trappe. Au sein d’un récent article de l’INAMI justement, il est dit que l’engagement pris lors de la dernière réunion entre le Comité de l’assurance et les représentants des kinésithérapeutes "est indissociablement lié à la convention". Ce qui a fait dire à certaines personnes, sur les réseaux sociaux notamment, qu’Axxon aurait quitter la table des négociations. Le représentant d’Axxon au sein du Comité de l’assurance, L. Dieleman s’en défend formellement sur le site de l’association.

Pourquoi ai-je signé l’engagement et me suis-je distancié de la Convention M17

Axxon a délibérément refusé de mettre sa signature sous la proposition de convention, rédigée par l’INAMI et entretemps acceptée par le Comité de l’assurance le 27/02 à la majorité simple. Nous ne voulions pas prendre de nouveau nos confrères sur le terrain en otage avec une convention sans perspective de revalorisation des honoraires de base - et ceci pour une durée de 2 ans.

Lier la prime de 2.000 € pour la promotion de la qualité au fait que le kinésithérapeute soit obligatoirement conventionné est inacceptable. On change les règles du jeu, non pas pendant la course, mais APRÈS celle-ci !

Aucun des quatre points de rupture émis par Axxon n’a été retenu dans la proposition, sans parler des 14 éléments essentiels proposés pour l’avenir.

Le 6 février, un projet d’accord a définitivement été rejeté avec une majorité de 2/3. Trois jours plus tard, notre ministre de la Santé publique et des Affaires sociales détruit de manière autoritaire cette décision prise par voie démocratique par le Comité de l’assurance, car elle trouve qu’elle est en conflit avec l’intérêt public… Madame De Block n’a pas fait cela car elle trouve les kinésithérapeutes sympathiques. Nous pouvons négocier autant que nous voulons, la loi permet apparemment d’imposer un diktat à tout moment : où cela s’arrête-t-il ?

Axxon a présenté les problèmes de notre secteur au Comité de l’assurance en mettant systématiquement – réunion après réunion - le “dossier sans solution” à l’ordre du jour pendant 2 mois.

Résultat : la cellule politique du ministère, les mutuelles et l’INAMI proposent la création d’une taskforce au sein du Comité de l’assurance afin de trouver des solutions à moyen terme pour un certain nombre de dossiers en cours. Ils n’étaient pas d’accord avec la disposition suivante dans le texte, soumise le 20/02 :

« Les représentants des kinésithérapeutes s’engagent à conclure un accord temporaire avant la fin du mois de février 2017 et à collaborer à la mise en place des initiatives prévues dans cet engagement ».

Cette disposition était inacceptable ! C’est pourquoi nous avons demandé au Comité de l’assurance de soumettre lui-même aux confrères du terrain la proposition de texte de convention, une décision prise par majorité simple que nous ne pouvons pas retenir éternellement.

Le 27 février 2017, le Comité de l’assurance de l’INAMI a donc lui-même établi une nouvelle convention individuelle (M17) avec une deuxième version de cet engagement, dans laquelle l’obligation de signer la convention avait disparu. L’engagement n’est donc nullement inhérent à l’accord proposé, contrairement à ce que le fonctionnaire principal de l’INAMI affirme sur le site web de l’INAMI. Lors de la réunion du 27 février, les représentants des autres prestataires nous ont demandé d’accepter cet engagement : de nouvelles négociations sous leurs auspices et AU SEIN du Comité de l’assurance pourraient aboutir à la résolution de certains sujets sensibles, puis éventuellement à une convention acceptable pour 2018.

C’est pourquoi je me suis engagé – en tant qu’unique représentant d’Axxon – à participer activement à la taskforce du Comité de l’assurance. Cette étape est essentielle pour assurer le soutien de tous les autres prestataires de soins au sein du Comité d’assurance et des organes de l’INAMI pour notre secteur. C’est donc la seule raison pour laquelle vous retrouverez ma signature en bas de l’engagement.

Contrairement à ce que certaines critiques affirment via les réseaux sociaux, Axxon ne quitte pas du tout la table des négociations : votre association professionnelle ne ferme aucune porte définitivement. Axxon relève le défi pour l’avenir de la kinésithérapie dans des conditions clairement définies, ce qui n’est PAS repris dans le texte de la convention que vous recevrez prochainement par la poste.

À vous de choisir si vous voulez accepter ou non le texte M17 actuel. Axxon travaille déjà à la suite de tout ceci.

Cordialement,

L. Dieleman - Représentant d’Axxon au sein du Comité de l’assurance de l’INAMI

[À lire]

- Les kinésithérapeutes dénoncent la méthode "De Block"
- L’Union des Kinésithérapeutes de Belgique lance une pétition
- Les kinés francophones sont représentés à l’Inami !
- L’UKB appelle à la déconvention
- Kinésithérapie : le projet de convention rejeté
- Toujours pas de convention pour les kinés
- Enfin une convention pour les kinés !
- Directives pour une non adhésion à la convention des kinés



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.