Nouveau plan contre les violences intrafamiliales et sexistes

Nouveau plan contre les violences intrafamiliales et sexistes

Les violences conjugales tuent 1 personne tous les 2 jours en Belgique. Le gouvernement de la FWB vient d’adopter un plan intra-francophone de lutte contre les violences sexistes et intrafamiliales.


- Les violences intrafamiliales ne sont plus prioritaires pour la police
- Violences conjugales : les associations demandent la vigilance policière

Les derniers chiffres publiés révèlent que 1 femme sur 7 a été confrontée à au moins un acte de violence commis par son (ex)-partenaire au cours des 12 derniers mois. Qu’en 2013, les violences conjugales ont entraîné la mort de 162 personnes, que la police a dressé 39 746 procès-verbaux relatifs à ce type de faits et que 7 viols sont commischaque jour. Agir contre ces fléaux demeure une priorité au niveau des différentes instances de pouvoirs francophones.

6 priorités

Le plan intra-francophone 2015-2019 de lutte contre les violences sexistes et intrafamiliales contient 6 lignes directrices : violences entre partenaires et à l’égard des enfants, mariages forcés, mutilations génitales féminines, violences liées à l’honneur et violences sexuelles. « Intégrer les violences sexuelles au plan intra-francophone va permettre de mettre en exergue cette forme aberrante de violence faite aux femmes », explique la Ministre des Droits des femmes et de l’Egalité des chances, Isabelle Simonis.

La prostitution : une violence sexuelle

En résumé, les 3 nouveautés de ce plan sont :

- Une focus plus important sur les violences sexuelles (viols, harcèlement).
- La prostitution est désormais considérée comme une violence sexuelle.
- Une attention est portée sur les « violences de genre », basées sur des stéréotypes sexistes.

Eduquer davantage

Le champ d’action de ce plan prévoit d’ailleurs que la nouvelle campagne de prévention contre les violences conjugales s’adressera plus particulièrement aux adolescents. Il inclura aussi la thématique des stéréotypes sexistes dans la formation continue des enseignants. Tandis que sur le terrain, une nouvelle ligne SOS viol, accessible 24h/24h, devrait être créée. De même qu’un nouveau refuge destiné à accueillir les victimes des violences conjugales, ce qui constituait l’une des priorités du secteur d’aide aux victimes.

Quid du Fédéral ?

« Forts de cette concertation sur les volets sensibilisation, prévention, prise en charge des victimes et accompagnement pour sortir du cycle des violences, nous adresserons nos priorités au gouvernement fédéral pour que le nouveau plan d’action national puisse proposer une action concertée de tous les niveaux de pouvoirs », explique la Ministre des Droits des femmes et de l’Egalité des chances, Isabelle Simonis. Interpellé par Laurette Onkelinx au mois de mai à la Chambre, le Ministre de l’Intérieur Jan Jambon, avait indiqué que la violence intrafamiliale est abordée dans l’accord de gouvernement et dans le nouveau Code d’instruction criminelle. Reste plus qu’à attendre de découvrir en détails le contenu du nouveau plan national d’action contre les violences basées sur le genre.

Sandra Evrard



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.