Partager son toit : une solution pour les aînés ?

Partager son toit : une solution pour les aînés ?

Beaucoup de personnes âgées sont toujours assez autonomes pour rester à domicile. Le placement en maisons de repos et de soins n’est dès lors pas toujours la bonne solution. Des alternatives existent comme celle d’inviter un jeune sous son toit. L’intergénérationnel : une solution pour faire face au vieillissement de la population ?


- Qui prendra en charge nos "vieux" ?
- Abbeyfield : vieillir ensemble sur le mode participatif

Un certain nombre d’aînés se retrouvent dans les maisons de repos pour de mauvaises raisons. Ils sont toujours relativement autonomes (du moins les soins à domicile sont-ils suffisants pour faire face à leurs problèmes de santé) et capables d’assurer la majorité de leurs besoins quotidiens. C’est souvent la solitude, voire l’isolement par rapport à leur famille, qui poussent leurs proches à les inscrire dans une maison de retraite. Pourtant, tous les sondages prouvent que la plupart des personnes âgées souhaitent rester chez elles le plus longtemps possible. Sans oublier le manque de places dans ces structures et le coût engendré.

1 toit pour 2 âges

Depuis quelques années, il est une piste qui permet d’envisager cette solution : celle de l’intergénérationnel. En misant sur la cohabitation entre un aîné et un jeune, on résoudrait pas mal de problèmes. C’est notamment la raison d’être de l’association 1 toit 2 âges, qui propose aux personnes âgées qui disposent d’une maison ou d’un appartement trop grand pour elles, de louer une chambre à un jeune, pour un loyer avantageux. Une combinaison Win-Win, qui répond d’une part à un besoin de présence et de sociabilité et d’autre part à la contrainte économique. Pour l’étudiant(e), le loyer est plafonné à 300€ maximum, en fonction des petits services que la personne s’engage à prendre en charge pour apporter de l’aide à l’aîné (courses, sorties, petits travaux).

Un rôle de médiateur

Evidemment, cette alternative comporte certains prérequis : aimer le contact de part et d’autre, la convivialité quotidienne et une dose de compromis, comme dans toute cohabitation. L’association 1Toit2âges joue par ailleurs le rôle de médiateur entre les parties, depuis la rencontre de chaque personne afin de cerner au mieux les points communs qui pourraient être trouvés, la mise en relation, à l’assistance pour la signature d’une convention qui engage les parties (ce n’est pas un bail). Par la suite, l’asbl peut aussi intervenir en cas de conflits ou pour toute question que se poseraient les parties. Par contre, pour des raisons fiscales, le jeune ne peut se domicilier à l’adresse où il est hébergé. Une contrainte qui est souvent dénoncée par les associations qui revendiquent l’individualisation des droits sociaux en général.

Sandra Evrard



Commentaires - 1 message
  • ce qui n'est pas bien c'est que la personne qui habite avec la personne âgé ne peut se domicilié pour des raisons fiscale c'est honteux ce système pour le personne âge qui n'a pas beaucoup de revenu, pourtant sa pourrait aussi réglé le problème des sans abris.

    dominique poncelet 3 mardi 9 février 2016 08:13

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.