"Legal clinic" : des étudiants en droit viennent en aide aux réfugiés

Une « legal clinic » spécialisée en droit des étrangers est mise en place par la faculté de droit de l’ULB. Cette opération permet de donner aux étudiants une formation sur le terrain à travers des permanences juridiques avec des réfugiés.

L’année 2016 s’est terminée avec plusieurs initiatives envers les migrants : le projet 109, qui favorise la création de liens entre les seniors et les migrants. Ou encore le brunch de solidarité avec les réfugiés, organisé par le réseau national de bénévoles en soutien aux réfugiés, Amitié sans Frontières. En ce début 2017, l’ULB lance une legal clinic en droits des étrangers.

Faciliter l’accès à un avocat

Les demandeurs d’asiles ont difficilement accès à un avocat. Ce projet pilote essaye d’y remédier. « J’ai donc mis les étudiants de la « legal team » en contact avec la commission « étrangers » de la Ligue des droits de l’homme et avec le Barreau », explique Sarah Ganty, chercheuse à la Faculté de Droit de l’ULB, à l’Avenir. « Concrètement, une dizaine d’étudiants de master ayant déjà une certaine pratique de la matière seront encadrés par des enseignants et assisteront des avocats dans des dossiers de demande d’asile multiple » explique Serge Bodart, maître de conférences à la Faculté de Droit.

Se confronter aux limites de la réglementation en vigueur

Inscrits au programme de la faculté de droit de l’ULB, les étudiants ont le choix entre un cours théorique ou une participation à la « legal clinic » sur le terrain. Privilégier l’aspect pratique favorise la mise en contexte des « notions de droit pertinentes pour résoudre des problèmes pratiques, voire de se confronter aux limites de la réglementation en vigueur ». Ainsi, cela permet à l’étudiant « de maîtriser les fondements de cette matière et de savoir où chercher le détail des réglementations applicables à des situations concrètes ».

La « legal clinic »

La « legal clinic » sera accompagnée par un comité de pilotage constitué d’académiques de l’ULB, de représentants du Barreau et du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Actuellement, des permanences juridiques sont mises en place au hall Maximilien. La Commission d’aide juridique du Barreau de Bruxelles y effectue une première identification des problèmes juridiques urgents. Ils sont par la suite soumis aux avocats.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.