Plan hiver : "A quand un plan été ?"

Plan hiver :

Chaque année, une centaine de bénévoles de Médecins du Monde dispense des soins de santé aux personnes sans-abri durant les quatre mois du dispositif hivernal, à Anvers et Bruxelles. 3 questions à Stéphane Heymans, coordinateur des projets belges chez Médecins du Monde.


- Bruxelles prête pour accueillir les sans-abri cet hiver

- Céline Frémault : « Un programme ambitieux « Housing first » pour 2015 »

Quel sera votre rôle durant ces mois d’hiver ?

Médecins du Monde se chargera des consultations médicales dans les centres d’accueil gérés par le Samu Social à partir de la fin du mois de novembre. L’objectif est d’aller à la rencontre de la population sans-abri, et d’essayer d’avoir une première approche pour ensuite les réintégrer sur le long terme dans le système de santé. Nous aurons aussi un minibus qui sillonnera la ville et se rendra aux abords des gares et des stations de métro à la rencontre de ceux qui ne rejoignent pas les centres d’accueil.

Médecins du Monde travaille avec des bénévoles, comment ça se passe concrètement ?

Nous avons une équipe de bénévole professionnels – médecins, psychologues, infirmiers,.... – entourés par un coordinateur. Le travail avec des bénévoles amène certaines contraintes mais aussi des richesses. Il offre notamment un décloisonnement entre les soignants et les patients. Les bénévoles retournent dans leurs institutions riches de leurs expériences du Plan Hiver, ils ont par exemple créé des liens avec des patients. Du point de vue l’écoute active par exemple, l’expérience est très intéressante.

Avez-vous des reproches ou des attentes par rapport au Plan Hiver ?

Le Plan Hiver a toute sa raison d’être. Reste cette question, qui se pose chaque année : quid après l’hiver ? Nous nous demandons quels seront les mécanismes de continuité mis en place à la fin du dispositif hivernal. On meurt autant en hiver qu’en été. Le Plan Hiver permet par exemple à des personnes de bénéficier d’une couverture de santé (notamment l’aide médicale urgente pour les personnes sans papier) dans le CPAS de la commune où se situe le lieu d’accueil. Après le Plan Hiver, s’ils changent de commune, il faut tout recommencer à zéro. D’où la nécessité d’avoir des mesures structurelles qui se poursuivent après le dispositif hivernal.

Manon Legrand



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.