Qui sont les infirmières de rue ?

Qui sont les infirmières de rue?

Ces infirmières aux missions particulières ne sont pas fort connues du grand public. Pourtant, l’asbl IDR envoie régulièrement des infirmières dans les rues ! Le but : sensibiliser les sans-abris à l’hygiène et favoriser leur accès aux soins.

Elles arpentent les rues, de la capitale principalement, à la rencontre des sans-abris. Leur but : les sensibiliser et les aider face aux problèmes d’hygiène et de santé. Les sacs à dos de ces infirmières des rues regorgent de produits de toilette, lingettes, brosses à dents, crèmes de soins, sous-vêtements et autres articles de soins corporels de première nécessité. Outre la distribuion de ces produits aux sans-abris, elles n’hésitent pas à leurs prodiguer des conseils et à les aider si nécessaire. Ces professionnelles estiment qu’en sensibilisant les sans-abris à l’importance de l’hygiène et en leur permettant d’accéder plus facilement aux soins, cela facilite par ricochets, leur réinsertion sociale. Une aide au logement est également prodiguée, dans le cadre d’une réinsertion durable.

Un travail sur le long terme

Née en 2006, après un an et demi d’étude de terrain, l’association Infirmiers de rue (IDR), assiste actuellement une trentaine de patients en rue et 16 en logement, avec un total de 76 personnes suivies en 2014, puisque leur action ne s’arrête pas forcément aux portes des appartements. Un travail sur le long terme, différent de celui du Samu social, qui oeuvre davantage dans l’urgence. L’association est née sous la houlette de deux infirmières qui ont estimé que malgré le nombre d’associations actives dans le médico-social (avec lequel l’IDR travaille par ailleurs), le nombre de sans-abris demeurait très élevé. De deux mi-temps en 2006, l’IDR est passé à 16 collaborateurs aujourd’hui, dont un médecin et deux assistantes sociales.

Estime et confiance en soi

Derrière ce travail autour des soins et de l’hygiène, cette association entend également redonner une certaine confiance aux sans-abris avec lesquels elle travaille. Confiance et estime de soi sont des leviers importants pour sortir de la rue. Ce travail de longue haleine se traduit également par la tenue de “passeports” sur leurs patients, où sont notées toutes les évolutions observées, mais aussi leurs qualités et savoir-faire, au cas où cela pourrait servir un jour pour un projet de réinsertion ou de vie. Là encore, le but est de valoriser les ressources de la personne et de cultiver une approche positive. Une initiative qui se développe au fil des années et qui bénéficie du soutien d’institutions publiques, de fondations, d’entreprises et d’associations.

Sandra Evrard

Plus d’infos : http://www.infirmiersderue.org



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.