Qui travaille dans les crèches ?

Qui travaille dans les crèches?

Plusieurs profils de métiers se retrouvent au sein des crèches. Zoom sur un milieu aux talents multiples, tourné vers la petite enfance et sur les formations exigées pour y exercer une activité professionnelle.


- Manque de crèches à Bruxelles : les francophones pénalisés !
- Places en crèches : dépasser le problème du quantitatif !

Pour travailler dans un milieu d’accueil de la petite enfance, il faut avoir suivi une formation reconnue par le Gouvernement de la Communauté française. Le métier de puéricultrice est certainement le plus connu dans le secteur. Il s’agit clairement d’une fonction-clé, tournée vers les soins d’hygiène et de santé des enfants. Cette professionnelle s’occupe des soins corporels, nourrit et veille au bien-être des petits. Mais son travail comporte aussi une mission pédagogique, puisqu’elle apprend à l’enfant à marcher, parler, devenir propre, en vue de l’accompagner dans son autonomisation. Le titre de puéricultrice s’obtient suite à une 7e année de secondaire professionnelle orientée vers cette spécialisation.

Projet d’accueil d’enfants

L’accueillante d’enfant s’occupe elle aussi des petits âgés de zéro à six ans. Elle prodigue également des soins d’hygiène et répond aux besoins primaires du petit (repas, sieste). Mais elle veille aussi à l’entretien des locaux, du matériel et s’occupe des espaces de vie. Elle assume également une fonction de surveillance, tout en veillant au développement psychologique et éducatif de l’enfant. Afin de pouvoir exercer cette profession il faut préalablement obtenir une autorisation de l’ONE et proposer un projet d’accueil conforme au code de qualité. A l’instar des puéricultrices, son casier judiciaire doit être vierge et elle doit bénéficier d’un bon état de santé.

Diversité de formations

D’autres qualifications sont également reconnues pour pouvoir travailler dans une crèche ou un milieu d’accueil de la petite enfance, telles que celles à finalités psychopédagogiques (voir liste complète sur le site de l’ONE), mais aussi celle d’auxiliaire de l’enfance en structures collectives délivrée, dans l’enseignement secondaire en alternance. Ainsi que des formations d’auxiliaires de l’enfance et d’éducatrices spécialisées, prodiguées dans l’enseignement de promotion sociale. Sans oublier les autres professions qui sont également exercées au coeur des crèches, notamment celle d’assistante sociale ou celle d’infirmière, qui complètent souvent les qualifications des autres professionnelles du secteur.

Modules de formations accélérées

Enfin, les personnes désireuses de travailler dans une crèche peuvent aussi opter pour des modules de formations accélérées, notamment les parents, qui assurent l’encadrement des enfants dans les crèches parentales ou les accueillantes d’enfants. Des modules qui portent sur les matières suivantes : le développement global de l’enfant, les principes psychopédagogiques de l’accueil, l’organisation de l’accueil d’enfants, en ce compris la promotion de la santé et la qualité d’environnement, les relations avec les personnes qui confient l’enfant, la gestion de conflits, la mise en place d’un partenariat et la législation en vigueur. Ces modules comportent une durée minimale de 100h et sont adaptés en fonction du type de milieu d’accueil, de l’expérience et du profil des participants.

A noter que l’Institut wallon de Formation en Alternance des Indépendants et des PME et par l’Espace Formation PME de la Commission commautaire française ou une formation équivalente en promotion sociale, délivrent le diplôme de “chef d’entreprise, direction de maisons d’enfants”.

Sandra Evrard

Plus d’infos : www.one.be



Commentaires - 5 messages
  • Bonjour,
    il y a incohérence totale quant au diplôme requis pour travailler en maison d'enfants ou crèche. Pourquoi la formation en promotion sociale de 14 mois "auxiliaire de l'enfance" n'est elle pas reconnue "puériculture" ? alors que si vous êtes par exemple psychologue (aucune formation "pratique" avec des enfants) permet de travailler du jour au lendemain dans une maison d'enfants ? Je peux témoigner, c'est mon cas : j'ai ouvert une maison d'enfants et suis psychologue. bonne journée

    yode jeudi 28 janvier 2016 09:16
  • La personne qui a écrit cet article n'a jamais parlé avec des puéricultrices et n'a jamais mis d'enfants en crèche. Enfermer une profession dans ces 4 lignes est une ineptie "Cette professionnelle s'occupe des soins corporels, nourrit et veille au bien-être des petits. Mais son travail comporte aussi une mission pédagogique, puisqu'elle apprend à l'enfant à marcher, parler, devenir propre, en vue de l'accompagner dans son autonomisation."
    Si vous lisez le code de qualité de l'accueil de l'ONE ainsi que les brochures repères édité par l'ONE vous découvriez que la puéricultrice n'est pas uniquement un agent d'hygiène, un agent nourricier.
    Elles ont un rôle pédagogique essentiel au côté des enfants. Pour ce qui est des apprentissages de la marche, de la parole et de la propreté, les enfants n'ont besoin de personne c'est une évolution naturelle, c'est une maturation d'un tas de fonctions : motrice et neurologique.
    Leur rôle est un rôle d'éveil au côté des enfants. Elles organisent et propose aux enfants des activités qui stimule le contact, la parole, l'individualisation, la vie de groupe...
    Le rôle de la puéricultrice ne se limite pas aux enfants elles ont un rôle très important dans le soutien à la parentalité, elle sont le plus souvent en première ligne pour recevoir les difficultés des parents.
    C'est un métier qui n'est pas forcément facile.
    Le programme de la formation devrait porter plus d'attention aux exigences de l'ONE et du milieu du travail. Un peu moins d'hygiène et un peu plus de psychologie du développement et autres aspects psycho affectif de l'enfant.

    sidon jeudi 28 janvier 2016 21:15
  • C'est honteux d'imposer aux mères que d'autres femmes élèvent leurs enfants à leur place .

    Saloperie de communistes..NON aux .puéricultrices!

    kikoi mercredi 3 février 2016 13:44
  • Bonjour,

    merci pour l'article. Malheureusement celui-ci présente quelques erreurs et les raccourcis sont un peu trop rapides.

    Je suis professionnelle en crèche parentale et les parents ne doivent en aucun cas suivre une formation et n'encadrent pas les enfants. La crèche parentale est un milieu d'accueil basé sur l'échange de savoir entre un professionnel et un parent qui sera toujours le premier éducateur de son enfant.

    Si vous désirez plus d'informations, n'hésitez pas à consulter le personnel de terrain.

    Belle journée

    Tite grenouille vendredi 5 février 2016 09:02
  • Bonjour,
    Merci pour vos partages d'expériences. La source d'information de cet article, comme indiqué en bas d'article, est l'ONE. Nous avons évoqué ici les différentes formations reconnues par cet organisme, nous n'affirmons nulle part être exhaustifs. La dimension de terrain est en effet très intéressante, nous l'abordons également dans d'autres articles. N'hésitez jamais à nous envoyer vos réflexions et vécu pour que nous les partagions sur le site.

    Modérateur jeudi 18 février 2016 12:39

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.