Réforme des hôpitaux : de meilleurs soins sans faire d'économies

Réforme des hôpitaux: de meilleurs soins sans faire d'économies

La ministre des Affaires sociales et de la Santé Publique Maggie de Block (Open Vld) a dévoilé son plan de réforme pour un nouveau système de financement des hôpitaux.

Dans une carte blanche publiée la semaine passée, Maggie de Block exprimait son désir de privilégier les besoins du patient dans sa politique en matière de soins de santé. Et de joindre l’acte à la parole en s’attaquant à la réforme du financement des hôpitaux, présentée ce vendredi. Le point d’orgue : aucune mesure économique à l’horizon, mais la création d’un réseautage entre les hôpitaux belges pour coordonner efficacement les soins et réduire les coûts techniques.

Améliorer les soins sans compromis budgétaires

Pour la ministre de la Santé, il est urgent de réformer le financement des hôpitaux si l’on veut éviter que certains ne ferment leurs portes dans les années à venir. En effet, 40 hôpitaux sur 92 étaient en déficit financier en 2013, selon la dernière étude MAHA de Belfius. Pour autant, le plan de réforme de Maggie de Block ne prévoit aucun compromis budgétaire : " Il ne s’agit pas de réaliser des économies ou de réduire le personnel face aux défis de la population", rapporte le Journal du Médecin. L’objectif est de revoir entièrement le système de financement des hôpitaux afin d’adapter les services de soins aux besoins actuels des populations vieillissantes, et notamment plus sujettes aux maladies chroniques.

Bâtir un réseau inter-hospitalier

L’enjeu majeur est sans doute la création d’un réseau efficace réunissant l’ensemble des hôpitaux belges (de base, de référence ou encore universitaires) et les structures de soins transmuraux. Il s’agit de faire de l’hôpital un "centre d’expertise médico-technologique où le diagnostic est posé pour la patient et où le patient est traité" en coordonnant les services de soins et les budgets. Les centres de soins pourront ainsi à la fois réduire leurs coûts en termes de matériel onéreux, collectivisés au coeur du réseau, et offrir une prise en charge suivie plus cohérente aux patients. Grâce aux réseaux hospitaliers imaginés par Maggie de Block, le patient pourra être systématiquement dirigé vers le service de soins le mieux adapté à ses besoins, sachant que "certains groupes de pathologies seront concentrés au sein d’un réseau". Encore faut-il que les hôpitaux trouvent un consensus sur la répartition des tâches.

Transparence du financement

Autre point fondamental, l’accès aux soins pour tous. La ministre insiste particulièrement sur le remboursement intégral des soins sur base de leur coût réel pour les patients. Pour autant, ils devront être précisément justifiés car les budgets pour les soins seront désormais répartis entre les hôpitaux selon le nombre de leurs patients et la nature de leurs soins :

- les soins à faible variation : les interventions "standard", qui ne présentent aucune ou peu de variations entre les patients. Il existe un prix défini au préalable par patient pour ces interventions.

- les soins à variation moyenne : les interventions où des complications peuvent intervenir selon les patients. Selon le communiqué du ministère, ils représentent la majorité des interventions hospitalières

- les soins à forte variation : les interventions le plus compliquées, où le facteur d’imprévisibilité est important.

En outre, les médecins garderont le dernier mot concernant les honoraires et la gestion médicale de l’hôpital. Pour Maggie de Block, "Il s’agit de conserver les points forts actuels du système" et en "éliminer les points faibles". Une réforme en profondeur, menée main dans la main avec le secteur santé. Par son ampleur, le projet n’est toutefois pas attendu dans le cadre de la législature actuelle.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.