Réforme des soins de santé mentale : l'asbl Psytoyens publie des recommandations

Réforme des soins de santé mentale : l'asbl Psytoyens publie des recommandations

Dans le cadre la Réforme des soins en santé mentale, l’asbl Psytoyens, fédération d’associations d’usagers en santé mentale publie un carnet de recommandations en vue de promouvoir la participation des usagers et des proches au sein des réseaux.

L’asbl Psytoyens, fédération d’associations d’usagers en santé mentale publie un carnet de recommandations sur l’accueil, l’information et l’implication des usagers et des proches au sein des réseaux. Ces recommandations se basent sur l’avis de 5 partenaires de l’asbl : Similes asbl et Similes vzw, UilenSpiegel vzw, le centre de connaissances interdisciplinaires LUCAS de la KU Leuven et AIGS asbl. Le carnet de recommandations poursuit deux finalités :
- la participation des usagers et des proches à l’organisation des soins,
- la participation effective des représentants des usagers et des proches à la mise en place de la Réforme des soins en santé mentale, en vigueur depuis janvier 2016.

Quelle est la prise en charge des usagers et des proches ?

Pour les concepteurs du carnet de recommandations, « soins et participation » sont étroitement liés. Les constats et recommandations en matière de prise en charge des usagers et des proches s’articulent autour de plusieurs points que sont la prévention, l’accueil, la participation, la personne de confiance, les activités sociales, culturelles..., le fonctionnement des services, l’évaluation du service, la situation de crise et la continuité des soins.

Voici un aperçu des éléments pouvant retenir l’attention des professionnels engagés dans le secteur :

La prévention : le groupe de travail a constaté que les citoyens et les professionnels n’ont pas suffisamment accès à l’information sur l’offre de services existante. Il serait d’après lui judicieux que tous les réseaux se penchent sur cette question afin de répondre à cette problématique de manière locale et, dès lors, rendre l’offre de soins plus visible et accessible. Plusieurs canaux de communications peuvent être ici mobilisés tels que des brochures, sites web, numéros d’appel, applications Smartphone. La diversification des lieux de diffusion de ces canaux pourrait également avoir son importance (médecins traitants, maisons médicales, pharmacies, services publics, maison du réseau, tissu associatif local…)

La Personne de confiance : le communiqué mentionne le recours à une personne de confiance par les usagers qui souhaitent être accompagnés dans les différentes démarches essentielles à leurs suivis. C’est pourquoi, il est nécessaire d’informer les usagers et les proches concernant le rôle que peut prendre la personne de confiance.

Les Activités sociales, culturelles... : la promotion d’activités socialement stimulantes et enrichissantes est un autre aspect que recommandent les chercheurs de l’étude. Il est donc important que tout patient puisse bénéficier d’un large éventail d’activités sociales et culturelles.

La Continuité des soins : Pour les associations en charge de l’étude, les internés ne bénéficient pas toujours d’un plan de soins individualisé. Un soutien et un travail de reconstruction du réseau social, familial et/ou professionnel, doit être effectué avec la personne. C’est aussi l’occasion de préparer la sortie et la réinsertion des internés à la société.

Quid des représentants des usagers et des proches ?

Davantage de représentants d’usagers ou de proches sont actifs au sein des réunions des réseaux à tous les niveaux (comités de réseau, de fonction…). De manière globale, la participation de ces représentants se déroule positivement, mais les auteurs de l’étude citent quelques aspects sur lesquels ils souhaitent insister, pour améliorer encore la participation des représentants dans les réseaux. Voici leurs recommandations :

1. Promouvoir la participation des représentants aux réunions, à la prise de décisions

2. Solliciter et prendre en compte l’avis des représentants dans le projet de la réforme des soins de santé mentale

3. Favoriser la formation des représentants en externe

4. Accueillir favorablement la participation des représentants par les professionnels

5. Autoriser les représentants à formuler des Feedback vis à vis de leur participation

6. Favoriser l’utilisation d’un langage clair et compréhensible par les professionnels

7. Rembourser les frais engagés (déplacements, téléphone, formations…) dans le cadre de la participation

8. Prévoir des rencontres entre usagers/ proches de manière régulière.

9. Impliquer les experts en tant que partenaires dans l’organisation des soins



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.