Revenus d'intégration en hausse chez les jeunes

Revenus d'intégration en hausse chez les jeunes

En quasi 10 ans, le nombre de jeunes qui font appel au CPAS a augmenté de 38,8%. Les étudiants eux-mêmes, viennent grossir ces chiffres !

Entre 2005 et 2014, le nombre de jeunes âgés de 18 à 25 ans qui ont fait appel au CPAS, est passé de 35 861 à 49 777 personnes (contre 85 389 pour la population totale en 2005 et 195 716 en 2014). Il s’agit d’une hausse de 38,8%, qui est encore plus importante à Bruxelles où elle atteint le score de 74% d’augmentation depuis 2005. En Wallonie, la croissance enregistrée sur la même période est de 36% et de 17% en Flandre. En région bruxelloise, les CPAS sont également sollicités plus longtemps, soit en moyenne 227 jours, contre 213 en région wallonne et 187 en Flandre.

Boom des demandes d’étudiants

Fait plus étonnant, le nombre d’étudiants qui introduisent une demande de revenu d’intégration (RI) est en forte augmentation : alors qu’ils ne représentaient que 5,9% de l’ensemble des bénéficiaires en 2003, ils en représentent 12,8% en 2014. Plus spécifiquement, le rapport statistique publié en mai*, révèle une augmentation de 7,3 % par rapport à 2013, du nombre d’étudiants ayant conclu un projet individualisé d’intégration sociale (PIIS). Cette mesure encourage les jeunes à décrocher un diplôme, avec le soutien des CPAS, en vue de leur insertion professionnelle dans la société. Ce projet peut aussi bien concerner les étudiants du secondaire que du supérieur. « Trop nombreux sont les jeunes qui viennent solliciter l’aide du CPAS. Maintenant que l’année scolaire est terminée, le chiffre risque même encore d’augmenter. Souvent ces jeunes ont un très faible niveau d’étude ou ont quitté les bancs de l’école prématurément. Le CPAS les aide à obtenir un diplôme afin d’accroître leurs chances sur le marché de l’emploi », déclare Julien Van Geertsom, président du SPP Intégration sociale.

33% des demandeurs de RI

Le revenu d’intégration des bénéficiaires des CPAS s’élève de 544 à 1089 euros selon les cas. Le changement de législation en matière de perception du chômage et les exclusions qui en découlent a évidemment accru les demandes de la part des jeunes, sur les périodes récentes. En 2014, le nombre de jeunes de moins de 25 ans bénéficiaires d’un RI a augmenté de 5,1% contre 3,9% pour l’ensemble des bénéficiaires. Les bénéficiaires âgés de 18 à 25 ans représentent 30,1% de la population totale percevant le revenu d’intégration, alors qu’ils ne comptent que pour 10,7 % de la population belge. Cette disproportion met en lumière la fragilisation de cette catégorie de personnes.

Des causes conjoncturelles

Comme l’épingle le Bulletin statistique 2014 publié en mai par le SPP Intégration sociale, « en 2013, la faible croissance du PIB (0,3%), les pertes d’emplois (-0,3%) et l’augmentation du nombre de chômeurs (+4,3%) ont été autant d’évolutions conjoncturelles qui, associées à l’allongement de la durée du stage d’insertion professionnelle des nouveaux demandeurs d’emploi, ont eu une influence à la hausse sur le nombre de bénéficiaires du droit à l’intégration sociale ». Mais les chiffres avaient déjà augmenté avant l’entrée en vigueur de ces mesures. Une explication plus globale est donc à rechercher pour expliquer ce phénomène.

Crise toujours

Car malgré l’augmentation enregistrée chez les 18-25 ans, c’est toujours la catégorie des 25-44 ans qui demeure la plus concernée par les demandes d’aides aux CPAS. Le rapport du SPP Intégration relève qu’« il existe une relation forte entre les évolutions du PIB, de l’emploi intérieur, du nombre de demandeurs d’emploi et du nombre de bénéficiaires du DIS. On remarque tout de suite que la crise économique et financière de 2008 s’est accompagnée d’une hausse importante du nombre de demandeurs d’emploi, mais aussi du nombre de bénéficiaires du droit à l’intégration sociale ».

Sandra Evrard

* Bulletin statistique SPP Intégration sociale, N°11, Mai 2015 http://www.mi-is.be/sites/default/files/doc/mi-is_2015.2_bulletin_fr.pdf

A lire aussi : Etudiants et CPAS une forte disparité



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.