SOS viol : un numéro gratuit pour "franchir le pas" aux côtés de professionnels

SOS viol : un numéro gratuit pour

L’ASBL "SOS Viol" vient d’inaugurer une nouvelle ligne téléphonique gratuite destinée aux victimes de violences sexuelles. Via le numéro vert 0800 98 100, elles bénéficieront d’une écoute attentive et professionnelle.

En mai dernier, la FWB renforçait le soutien aux victimes de violences sexuelles et parlait déjà d’instaurer la gratuité de la ligne téléphonique de l’ASBL "SOS Viol". Voilà qui est chose faite. Le numéro gratuit de "SOS Viol" a été inauguré le jeudi 17 novembre en présence, notamment, du ministre des Maisons de justice, Rachid Madrane. L’objectif de l’ASBL en lançant cette ligne verte est d’encourager les femmes à se signaler davantage et à "franchir le pas".

Numéro vert

Plusieurs numéros verts destinés à aider les personnes âgées ou les victimes de violences conjugales, par exemple, sont joignables depuis plusieurs années en Belgique. L’instauration d’un numéro gratuit pour les victimes de violences sexuelles était donc une mesure attendue et importante à mettre en œuvre. Un ancien numéro d’appel existait déjà, mais était jusqu’alors payant et principalement actif sur Bruxelles à cause d’un manque de budget. En 2015, "SOS Viol" a reçu 1400 appels. "La gratuité permettra à davantage de victimes de franchir le pas", a assuré, à la RTBF, Joëlle Delmarcelle, présidente et psychologue pour l’ASBL.

Des professionnels à l’écoute

La ligne gratuite de" SOS Viol" offre une aide psychologie, sociale et juridique aux victimes. Le nouveau budget alloué à l’association permettra de renforcer l’équipe avec un mi-temps complémentaire. Les cinq psychologues et autres assistants sociaux sont qualifiés pour se confronter à ce "tabou bien ancré". Joëlle Delmarcelle affirme au journal Le Soir : " Le sujet reste extrêmement délicat, mais on constate cependant une prise de parole plus rapide ces dernières années, ainsi qu’une amélioration dans l’accueil des victimes, notamment à la police." En effet, les agents seraient de plus en plus formés et compétents pour assurer ce genre d’accompagnement. De plus, depuis le "décret partenaires" instauré par Rachid Madrane, chaque arrondissement judiciaire dispose d’un service d’accueil aux victimes. Ce qui permet à l’équipe de "SOS Viol" de renvoyer chaque victime vers les services adéquats les plus proches.

Une campagne insuffisante ?

Pour promouvoir et faire connaître le numéro gratuit au sein de la population, une campagne a été lancée. Pour la mettre sur pied, 20.000 euros ont été débloqués en plus des 75.000 euros octroyés depuis cette année pour l’ASLB. Pour Amnesty International qui avait exigé un tel numéro gratuit lors de sa campagne "Quand c’est non, c’est non", " il est à regretter qu’une solide campagne de communication via des spots TV et radio n’aura pas lieu cette année." L’association appelle ainsi la FWB à débloquer davantage de budget pour la campagne de 2017. Amnesty déplore également le fait que la nouvelle ligne gratuite de "SOS Viol" ne soit pas ouverte 24h/24, mais uniquement de 9h à 17h, du lundi au vendredi.

Pour plus d’informations : info@sosviol.be



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.