Un label pour l'Evras

Un label pour l'Evras

La ministre de la Jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles a pris une circulaire afin de créer un label. Celui-ci permettrait de valoriser et de reconnaître les structures susceptibles de délivrer une Evras de qualité aux jeunes.

En 2012, l’Éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle (Evras) a été inscrite dans le cadre scolaire. Elle se retrouve donc présente dans les écoles et plus récemment dans les écoles spécialisées. Les partenariats entre les établissements et les acteurs associatifs (centre de planning familial, PM...) sont vivement encouragés. Pourtant, cette démarche de sensibilisation reste vaguement encadrée. Depuis longtemps, le secteur souhaite qu’ un label soit mis en place afin d’attester de la qualité de l’enseignement proposé. Celui-ci qui permettrait de reconnaître les associations aptes à l’Evras et éviter les dérapages. La ministre wallonne de la Jeunesse, Isabelle Simonis, a récemment déposé une circulaire afin de concrétiser ce label de qualité. Il apportera un gage qualitatif aux structures spécialisées, mais aussi aux écoles qui devraient être séduit par ce concept.

Une plus-value qualitative pour les associations

« L’objectif est clairement de ne plus laisser la place à des organismes douteux, conservateurs, pro-life, etc. Chaque jeune doit pouvoir obtenir une information complète, critique, émancipatrice » souligne Stephanie Wilmet, la porte-parole de la ministre au journal Le Soir. Les organisations devront répondre à plusieurs critères : respecter « tous les prescrits en matière de libertés fondamentales, comme la liberté de culte ou l’orientation sexuelle », mais aussi promouvoir « la recherche du choix libre et éclairé, la lutte contre l’exclusion, le rejet du dogmatisme et de toute discrimination, l’égalité des genres, la défense de la démocratie et de la citoyenneté ». Différents sujets devront être abordés dans le cadre de l’Evras : la prévention des discriminations sexistes et homophobes, la contraception et l’avortement, les violences dans les relations ...

A vos candidatures !

La ministre a d’ores et déjà ouvert l’appel à candidature pour le label, jusqu’au 31 juillet. Elle a aussi initié, en parallèle, un appel à projets à destination du secteur jeunesse. En effet, près de 150.000 euros vont être alloués afin d’aider les associations qui souhaiteraient organiser des activités d’Evras, ou même former des animateurs. «  Si ces groupes veulent recevoir des subsides et bénéficier de l’appel à projets, ils seront donc obligés de faire appel à des partenaires labellisés » souligne Stephanie Wilmet. La date buttoir pour l’appel à projet est programmée pour le 15 septembre 2017.

Un projet trop fragile ?

Même si ce label servira à faire le tri entre les différentes associations et animateurs qui délivrent les cours d’Evras dans les écoles, il reste peu contraignant. En effet, les écoles et autres institutions peuvent parfaitement ignorer ce label et faire appel à la structure de leur choix. De plus, la circulaire reste fragile dans le contexte politique actuel. Dès lors, la continuité d’un tel projet dépendra uniquement de la ou du prochain ministre de la Jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles...

La Rédaction

[A lire]

- Une nouvelle plateforme web pour l’evras
- Les Fédérations de Centres de planning familial soutiennent l’Evras
- Evras : que propose Bruxelles ?



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.