Un nouvel Arrêté Royal sur l’exercice de la podologie

Un nouvel Arrêté Royal sur l'exercice de la podologie

Suite à la proposition de Maggie De Block, un nouvel Arrêté Royal (AR) sur l’exercice de la podologie a été publié.

L’arrêté, paru au moniteur le 4 avril, définit de nouvelles modalités d’agrément et d’organisation des activités des podologues. A travers ces mesures, le Gouvernement fédéral entend mieux définir et élargir la liste des actes que les podologues peuvent exécuter. Pour Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique , cet Arrêté Royal est très important, "tant pour les patients que pour les prestataires de soins. Les patients obtiennent la garantie qu’ils sont traités par un podologue bien formé. Et les podologues reçoivent davantage de clarté sur le cadre juridique dans lequel ils fournissent des soins”.

Un AR attendu depuis longtemps

Le nouvel Arrêté Royal remplace celui du 15 novembre 2001. Le 5 juillet 2006, cet AR a été partiellement annulé par le Conseil d’État, suite à une procédure de recours. Ainsi, l’exercice de la profession de podologue a été limité pendant des années. Le nouvel AR entrera en vigueur dix jours après sa publication. Ensuite, un AR supplémentaire devra encore être pris afin que les Communautés puissent débuter les procédures d’agrément. Il est prévu que cet AR supplémentaire apparaisse durant l’automne 2016.

Que font les podologues ?

Les podologues fournissent avant tout des soins préventifs des pieds, surtout aux patients à risque. Ils jouent un rôle important dans le traitement des lésions du pied à la fois chez les patients souffrant de maladies systémiques, telles que le diabète et l’arthrite rhumatoïde, mais également chez les patients présentant une insuffisance vasculaire des pieds et des membres inférieurs.

Les podologues travaillent principalement sur référence d’un médecin. En outre, ils peuvent exécuter certains actes de façon autonome, comme la fabrication, la livraison et la réparation des semelles podologiques, faire des recherches biomécaniques et biométriques ou analyser le mouvement.

Succès de la fonction

Actuellement, environ six cents podologues travaillent en Belgique. Le bachelier en podologie rencontre un grand succès auprès des étudiants dont le nombre continuera d’augmenter les années à venir.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.