Un portail pour les ruptures adolescentaires

Un portail pour les ruptures adolescentaires

La nouvelle version du portail pour les adolescents en rupture, fugues.be, a été présentée par l’association SOS Jeunes-Quartier Libre, en présence du délégué général aux droits de l’enfant, Bernard De Vos.

Dans les prochaines semaines, le paysage de l’aide à la jeunesse devrait changer. Un nouveau décret vient d’être adopté par le gouvernement, ce qui signifie de nouvelles compétences, notamment en ce qui concerne les mineurs. En attendant, les organisations de l’aide à la jeunesse continuent leur travail de première ligne. Vendredi dernier, SOS Jeunes-Quartier Libre a présenté la nouvelle version de son site fugues.be, seul portail francophone de Belgique destiné aux problématiques de la fugue et de l’exclusion.

Quelques chiffres

SOS Jeunes-Quartier libre est une AMO (Aide en Milieu Ouvert) qui s’occupe de l’accueil de crise non-mandaté des jeunes en rupture avec leur milieu de vie /actualites/y-a-t-il-un-suivi-apres-l-a-m-o.html . Chaque année, l’AMO reçoit environ 250 dossiers, principalement pour un accueil de nuit, porte d’entrée principale des accompagnements individuels que l’entité 24h/24 effectue. Néanmoins, par manque de place, 30% de ces jeunes se voient refuser. Ils étaient 10% en 2004.

Selon leurs statistiques de 2015, les phénomènes de rupture concernent tant les filles (47%) que les garçons (53%), sans distinction d’âge, même si un pic apparait à 17 ans (30%). La plupart des cas traités par l’association proviennent de la Région de Bruxelles où cette dernière est située (61%). Néanmoins, faute de place et d’un seul et unique homologue wallon : Point jaune à Charleroi, l’association constate que « les provinces francophones nous contactent fréquemment puisque 1 situation sur 5 en est issue. Les demandes émanant des provinces sont très fréquemment à l’initiative des services d’Aide ou de Protection de la Jeunesse qui, faute d’espace d’accueil du même type en région wallonne, se trouvent contraints de faire appel à nous. »

SOS Jeunes-Quartier libre ?

L’AMO bruxelloise a été créée en 1977, est reconnue par la FWB et fonctionne 24h/24. Elle développe deux axes de travail principaux : l’aide individuelle et le travail communautaire. Suite à un appel à projet de la FRB en 2004 concernant l’aide aux fugueurs, SOS Jeunes a lancé le portail fugues.be. En 2010, une brochure de sensibilisation a vu le jour. Intitulée La fugue…et après, elle s’adressait principalement aux parents et aux professionnels, en vue de les soutenir. En 2016-2017, l’AMO a décidé de remoderniser son site et de le réactualiser.

Qu’en dit le terrain ?

Si le rôle de Bernard De Vos dans le développement du secteur de l’Aide à la jeunesse à Bruxelles ces dernières années n’est plus à démontrer, plusieurs professionnels du secteur s’étonnent néanmoins de n’avoir pas été au courant de la mise en ligne du portail. Un éducateur spécialisé confie que, si la réputation de SOS Jeunes n’est plus à faire, en ce qui concerne le portail, « Je ne connaissais pas ce site ». De même, une assistante en psychologie, spécialisée dans le milieu de l’aide à la jeunesse précise n’en avoir « Jamais [pris connaissance NDLR], et je m’en étonne. Je suis curieuse de voir à qui s’adresse ce site en priorité, car en tant que professionnelle plutôt au fait de la problématique, je n’en ai jamais entendu parler... »

Plus d’infos : ici

La rédaction

[À lire] :

- "Accroch’AJE" rapproche l’Enseignement et l’Aide à la jeunesse
- Les séjours de rupture sont-ils une réelle alternative à l’IPPJ ?
- Bientôt une nouvelle IPPJ à Bruxelles
- Accompagnement individuel en Maison de Jeunes
- Vers des relations nouvelles grâce aux séjours de rupture
- « Pour une réflexion éthique de l’aide contrainte des mineurs »



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.