Une application vient en aide aux personnes dans le besoin

Une application vient en aide aux personnes dans le besoin

L’ASBL DUNE est une association qui vient en aide aux personnes qui ont besoin d’aide, notamment dans la rue. Elle a lancé une application afin d’aider les plus précarisées à trouver facilement de l’aide à Bruxelles.

De nos jours, il est de plus en plus fréquent de rencontrer un public précarisé, vivant dans la rue, et de plus en plus jeune. Différents projets prennent forme afin d’aider ces personnes dans le besoin. Passant du papier au smartphone, l’application "Le Bon plan" était au départ un agenda distribué en rue à plus de 5000 exemplaires depuis plus de 12 ans par l’ASBL DUNE. Il sert à être informé des ressources du secteur associatif bruxellois lié à la précarité et aux assuétudes. Le projet s’adresse non seulement à un public précarisé, notamment les personnes vivant dans la rue, mais aussi aux professionnels du secteur qui viennent directement en aide à ce même public.

Simple d’utilisation

« Le bon plan est une application classique pour smartphone », explique Christopher Collin, le directeur de l’ASBL Dune, à la RTBF. « Lorsque vous l’ouvrez, vous arrivez sur une carte de la Région Bruxelloise où vous êtes géolocalisé, autour de vous apparaissent tout un tas d’icônes qui représentent toutes les associations qui se trouvent dans votre périmètre. L’idée c’est de pouvoir faire des recherches avec vos propres paramètres, vous pouvez par exemple indiquer que vous êtes une femme avec un enfant et que vous cherchez un centre d’hébergement. L’application vous indiquera le centre le plus proche et vous indiquera le chemin pour vous y rendre. »

Une application ?

Il peut paraitre étrange de lancer une application à destination d’un public précarisé. Pourtant, il est de plus en plus jeune, et donc utilise les nouvelles technologies. De plus, les smartphones et l’accès à la wifi se sont démocratisés de manière générale. « Nous avons effectivement eu l’idée de cette application l’an dernier, parce qu’hélas nous sommes en contact avec un public de plus en plus jeune » , explique Christopher Collin, à la RTBF. « Ce public utilise de plus en plus les nouvelles technologies. Nous avons donc voulu créer un outil accessible facilement au plus grand nombre. ». Une évolution de l’application vers d’autres langues est déjà envisagée.

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.