Une ASBL favorise le partage entre valides et personnes handicapées

Une ASBL favorise le partage entre valides et personnes handicapées

Gratte ASBL œuvre pour l’inclusion des personnes handicapées. Pour cela elle organise différents types d’événements sportifs ou culturels, mêlant valides et personnes porteuses d’un handicap.

L’inclusion des personnes handicapées apparaît de plus en plus comme un défi à relever tant au niveau de leur vie privée que professionnelle . Plusieurs associations travaillent dur pour briser les idées préconçues. Depuis 1986, Gratte ASBL propose de réunir personnes valides et handicapées mentales lors de différents types d’activités, allant du scrapbooking au ski. Le but est de bâtir une relation saine et franche qui ne laisse aucune place aux préjugés. Gratte devient un mode d’inclusion proche des vacances entre amis. Aujourd’hui, l’ASBL compte 3 antennes à Bruxelles, Namur et Louvain-la-Neuve.

Un vecteur de socialisation

L’association favorise donc l’inclusion des personnes handicapées mentales via des activités sportive et culturelle. Le but est d’établir une relation franche et sans a priori. C’est une expérience enrichissante, tant pour les personnes valides que pour les personnes handicapées. "Concrètement, nous favorisons la rencontre entre jeunes adultes (18-35 ans), les uns valides, les autres souffrant d’un handicap mental léger à modéré. Il est évident que c’est un moyen essentiel de socialisation pour eux. Gratte leur permet de se créer un groupe d’amis. C’est parfois un peu difficile lorsqu’ils doivent quitter la structure, mais ils en sortent toujours grandis" confie Lucie Lépine, permanente de l’ASBL à L’Avenir.

Des activités très diverses

L’ASBL propose des voyages, mais aussi des activités la semaine et en soirée, de quoi ravir tout type de profil. "Notre panel d’activités est très large. Cela doit tourner autour de trente par quadrimestre. Je pense au bowling, aux journées sportives, aux animations DIY, à des séjours aventures ou à certains city-trips à Paris ou Berlin par exemple. Honnêtement tout le monde y trouve son compte et est libre de participer aux activités qui lui plaisent. La difficulté réside parfois dans notre capacité à trouver assez de personnes valides. Sans elles, l’association n’est pas viable " explique Lucie Lépine. En effet, un quota de deux personnes valides pour une personne handicapée doit être respecté.

Un kot-à-projet

Un kot-à-projet (KAP) est une association composée de 8 à 12 étudiants qui, tout en vivant ensemble, mènent à bien un projet qui leur tient à cœur. Le Kot Gratte s’inscrit dans la même veine que l’ASBL éponyme. Le projet vise à rassembler des jeunes valides et handicapés mentaux dans le cadre de divers loisirs. Situé à Louvain-la-Neuve, le Kot Gratte organise des activités sportive et culturelle et n’hésite pas à faire participer d’autres kot-à-projets, lors des journées sportives, entre autres.

La Rédaction

[A lire]
- Enfin des mesures pour le handicap
- Cohabiter pour favoriser l’inclusion de jeunes adultes dépendants
- Bonne élève en matière d’inclusion, l’UCL veut encore s’améliorer
- Handicap : la France récompense 9 innovations favorisant l’inclusion



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.