Vers une employabilité durable dans le secteur des soins de santé ?

Vers une employabilité durable dans le secteur des soins de santé ?

Acerta a réalisé une analyse pour une employabilité durable dans le secteur des soins de santé.

Après une enquête auprès de 400 travailleurs et de 52 employeurs dans le secteur de la santé, Acerta a retiré plusieurs pistes en vue de maximiser l’efficacité des travailleurs dans le secteur. Les employés, à tort, pensent qu’ils ne peuvent facilement changer de fonction au sein du secteur, malgré le nombre de profession en pénurie.

Une meilleure compréhension est capitale

Selon le directeur général d’Acerta Consult, Chris Wuytens, l’employeur et l’employé doivent mieux se comprendre. "Les employeurs dans le secteur du profit social devront être plus regardants au niveau des qualités individuelles des salariés. Les organisations devront se concentrer sur les points forts de leurs travailleurs, et ce sur base d’un dialogue continu avec les managers. Plus question d’évaluations annuelles s’articulant autour d’un système de mesure uniforme. Le manager devra plus souvent regarder ce qui anime les travailleurs ainsi que les talents individuels menant à l’excellence", explique-t-il.

Le secteur social est moins ambitieux …

Les employés dans le secteur social pensent qu’ils ne peuvent pas facilement changer de travail car ils estiment qu’ils manquent de polyvalence. En conséquence, ils manquent de confiance en leurs capacités. Parfois, le problème vient de leurs compétences spécifiques. Les travailleurs choisissent une fonction et paraissent avoir moins d’ambition pour se former, grandir et exercer un autre métier.

… mais les travailleurs s’y ennuient moins

L’analyse démontre que les travailleurs dans le secteur social s’ennuient moins que dans d’autres secteurs. Plus de 30% souhaitent un nouveau challenge professionnel dans les cinq années à venir. De plus, 40% des travailleurs dans le social sans but lucratif (contre 34% dans le privé) s’attendent à devoir travailler plus à l’avenir.

L’employabilité durable : une utopie ?

L’analyse montre que, sur le terrain, seuls 24% des travailleurs du secteur social sans but lucratif attestent que leur employeur prend des initiatives en matière d’employabilité durable. Les changements de fonction et les opportunités de carrière, en plus d’être rarement discutées, sont limitées au sein d’un même organisme. Les possibilités de promotion sont, elles aussi, assez rares.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.