Victoire confirmée pour les psychothérapeutes !

Victoire confirmée pour les psychothérapeutes !

La Cour constitutionnelle a définitivement annulé ce jeudi l’article 11 de la loi sur la psychothérapie. Les professionnels qui exerçaient avant l’entrée en vigueur de la loi, mais qui ne satisfont pas aux nouvelles exigences, pourront continuer à exercer.

Alors qu’Alter-Psy prépare de nouvelles actions en justice contre la loi sur la psychothérapie et qu’une nouvelle association a été créée pour la combattre, une victoire inattendue vient d’être annoncée. La Cour Constitutionnelle retire définitivement l’article 11 de la loi sur la psychothérapie.

Réparer l’inconstitutionnalité de la loi

Déjà suspendu en décembre dernier, cet article définissait les conditions pour exercer comme psychothérapeute. Ce dernier ne prévoyait aucun régime de transition pour les personnes qui exerçaient avant l’entrée en vigueur de la loi, mais qui ne répondent plus aux nouvelles exigences. En retirant cette partie du texte, la Cour leur permet donc de continuer à exercer. Elle indique : "Les personnes qui, avant l’entrée en vigueur de la loi attaquée, exerçaient la pratique de la psychothérapie sans satisfaire aux exigences de cette loi peuvent continuer à exercer cette pratique en attendant que le législateur prenne les mesures transitoires nécessaires pour réparer l’inconstitutionnalité constatée par la Cour."

Autonomie retrouvée

Grâce à cette décision de justice, les psychothérapeutes concernés pourront retrouver leur autonomie. En effet, depuis que la loi a été adoptée, en juillet dernier, les praticiens qui ne possédaient pas de diplôme au minimum du niveau de bachelier dans les professions des soins de santé (dites LEPSS) ne pouvaient plus exercer que sous supervision. Une mesure qui a fait bondir l’ensemble de la profession et qui fut l’une des causes premières des nombreux recours introduits devant la Cour constitutionnelle.

La rédaction

[À lire]

- Le texte du projet de loi sur la psychothérapie a été déposé
- Alter-Psy, contre la loi sur la psychothérapie
- Des mesures transitoires pour le travail de tous les psychothérapeutes
- Le Groupe de concertation sur la psychothérapie affirme son soutien à Maggie De Block
- Manque de concertation sur la loi relative à la psychothérapie
- "Comment déboucher les oreilles de Mme De Block ?"
- La Loi De Block est un retour en arrière pour les patients
- Recours contre la loi De Block relative au statut de la psychothérapie
- Qui, à l’heure actuelle peut pratiquer la psychothérapie ?
- L’Evidence-based medicine est le fer de lance de la politique de De Block en santé mentale
- Le Copel-Cobes, un collectif contre une tentative d’assassinat
- Psychothérapeutes : quid des formations ?
- Le désamour de Maggie
- Psychothérapie : première victoire !
- Les psychothérapeutes se tirent (une fois de plus) une balle dans le pied
- Psychothérapie : "La communication de la FBP est mensongère"
- L’UPPsy veut regrouper les psychologues mécontents
- Création de l’APPELpsy
- Psychothérapie : 4 nouveaux recours vont être introduits
- Psychothérapie : Alter-Psy se constitue en ASBL
- Psychothérapie : l’UPPCF plus nuancée sur la loi De Block
- L’AMoPSY, nouvelle association opposée à la loi sur la psychothérapie
- Psychothérapie : Alter-Psy prépare de nouvelles actions



Commentaires - 7 messages
  • Tu étais un charlatan et tu pourras le rester... Bravo !

    Philippe S samedi 18 mars 2017 15:40
  • Et vous trouvez que c'est une victoire???? J'hallucine !
    Vive les charlatans et autres gourous!
    Je suis bien déçue de votre opinion

    Sarah DV jeudi 23 mars 2017 09:14
  • Vive l'ère du n'importe quoi ! Un pas en avant, deux pas en arrière !

    V.2017 jeudi 23 mars 2017 09:41
  • Ceux qui parlent de charlatans n'ont rien lu ou rien compris à ce qui se passe..
    Ils feraient mieux de s'informer avant de dire n'importe quoi...

    Ch.digneffe jeudi 23 mars 2017 11:02
  • Quelle régression... Quand je vois des assistantes sociales faire de l'EMDR après avoir suivit un an de formation, voir moins... Cela me dégoute profondément. Et bien, pour le moment, cela va continuer.

    "Ceux qui parlent de charlatans n'ont rien lu ou rien compris à ce qui se passe..
    Ils feraient mieux de s'informer avant de dire n'importe quoi..."

    ?? Ch.digneffe

    Lorsque l'on dit ce genre de chose on fournit des sources pour les appuyer.

    Julien Cl jeudi 23 mars 2017 11:18
  • Lisons bien le texte jusqu'au bout: " en attendant que le législateur prenne les mesures transitoires nécessaires pour réparer l'inconstitutionnalité constatée par la Cour.",

    Claude de Ridder jeudi 23 mars 2017 11:30
  • Je crois qu'il y a très peu de charlatans. Il y a des gens qui croient être dans le bon mais sont complètement à côté de la plaque et sont dans le meilleur des cas nuls et dans les autres cas dangereux.
    Pour être "bon" faut-il être dans la norme de notre société avec ses prescrits ? Non ! Il y a des psychothérapeutes sans commune mesure avec les médecins qui jouent à l'être par exemple. Il y a des psychothérapeutes qui ont un parcours réel mais pas nécessairement celui de l'evidence-based medecine adopté, exclusivement, par Madame De Block et l'extrême droite.
    Le champ de la parole mérite "encore" une place concernant l'être humain. Ce n'est manifestement plus très apparent. Attendez d'un psychothéra-peute qu'il soit formé, face place à la parole, ait de la rigueur, soit ouvert, soit reconnu par des pairs. Bien sûr!
    Mais si nous versons dans le populisme, voyez ça rapporte. Oui, mais à vous?
    (s) un psychanalyste et psychothérapeute (avec un diplôme supérieur certes mais pas psy) avec un long parcours et qui croit, de façon intemporelle aux limites que connaît l'être humain et à ses ressources aussi, JLP.

    Jlp dimanche 26 mars 2017 16:35

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.