Vingt-huit nouvelles mesures pour la santé et 42 millions d'euros

Vingt-huit nouvelles mesures pour la santé et 42 millions d'euros

Vingt-huit nouvelles mesures pour la santé et 42 millions d’euros investis, telles sont les volontés du gouvernement thématique santé du 27 avril 2016.

Ce 27 avril, les Ministres Jodogne (en charge de la santé), Laanan (Ministre-Présidente du Gouvernement francophone bruxellois), Frémault (en charge des personnes handicapées, de l’Action sociale et des Familles) et Gosuin (chargé de la Formation professionnelle) ont présenté leur plan d’action de promotion de la santé à Bruxelles pour les quatre années à venir.

Huit thématiques abordées

La politique de la santé de la Cocof 2016-2020 se concentrera principalement sur 8 thématiques :

1) Les attitudes saines visent la promotion d’un mode de vie sain, d’une alimentation équilibrée et de l’activité physique. A partir des besoins de la population bruxelloise, un travail de planification permettra d’établir les divers objectifs à atteindre.

2) La santé mentale des enfants, des adolescents et des jeunes adultes. Cet aspect est fortement lié à l’environnement de la personne, comme le manque de lien social, un contexte de solitude ou encore la précarité matérielle. Les équipes seront renforcées et l’accent sera mis sur les enfants, les adolescents et les jeunes adultes.

3) La réduction des inégalités en matière d’accès à la santé. Cécile Jodogne souhaite poursuivre une politique globale visant à réduire les inégalités d’accès aux soins de santé, tout en innovant, notamment en augmentant le soutien aux différentes associations sur le terrain, en renforçant le soutien aux dispositifs d’urgence, d’accueil et d’accompagnement des migrants et en agréant un nouveau réseau santé qui faciliterait l’accès à la santé des personnes précarisées. Trois nouvelles maisons médicales seront également financées.

4) La santé sexuelle. En plus de diminuer les cas d’infection au VIH au moyen d’un nouveau dispositif de dépistage plus délocalisé, comme l’a expliqué la Ministre Frémault, la santé sexuelle passe aussi par le maintien du programme EVRAS (Education à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle), principalement dans les écoles. En 2016, le budget est passé de 300 000 à 400 000 euros. Le secteur est en grande demande. Surtout en ce qui concerne les écoles spécialisées. « Il faut rendre l’information disponible aux parents, aux personnes et aux éducateurs », précise C. Frémault. En ce qui concerne les mutilations génitales, « Nous devons avoir un engagement plus fort. En 2014, sur le territoire, 17000 femmes et filles étaient concernées. Il faut créer un réseau bruxellois et lier les acteurs entre eux : les maisons médicales, les asbl, les médecins. Nous devons unir nos efforts et renforcer le volet ‘action sociale’ », explique la Ministre.

5) La réduction des risques en matière de drogues et assuétudes. La priorité est mise sur le renforcement du dispositif d’échange du matériel stérile d’injection. En plus de cette priorité, le Cabinet de la Ministre Jodogne suit de très près les réflexions menées par la Cellule drogues, qui réunissent Fédéral en entités fédérées (Cocom), au sujet des salles de consommation à moindre risque et espère qu’elles aboutiront. Une autre problématique est celle de l’alcool, principalement chez les jeunes. Dans ce cadre, plusieurs programmes de prévention, de soins ou d’accompagnement sont prévus.

6) La santé communautaire et l’empowerment sont des approches visant à soutenir la personne et à la placer davantage au centre de sa propre santé. Au lieu de travailler pour les usagers, le gouvernement souhaite travailler avec eux.

7) La continuité des soins comme une alternative à l’hospitalisation, suite au vieillissement démographique actuel. La Cocof continuera à soutenir ses cinq centres de soins et services à domicile et ses six services de soins palliatifs continués. De même, la Cité Sérine augmentera sa capacité d’hébergement thérapeutique de 7 à 25 patients.

8) La médecine préventive. Deux programmes organisés de dépistage des cancers sont soutenus par la Cocof : celui du sein et du colon.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.